Ô PONT, SUSPENDS TON VOL…

13582378_1757180287871764_731483894_o

Un pont d’un demi-siècle, de 1970 à 2020.
Et un feedback entre les Beatles et Simon & Garfunkel !
C’est l’histoire d’une passerelle artistique insolite et méconnue…
Un viaduc suspendu entre deux sources d’inspiration qui s’allient et se combinent. (suite…)

HORS  CATÉGORIE

Chaque année, le Tour de France propose son lot d’émotions et de surprises, agrémenté aussi, parfois, de sorties de route étonnantes. Celle qui vient de se produire en marge du peloton et de sa chevauchée fantastique est l’une des plus stupéfiantes et disproportionnées que l’on n’aurait osé imaginer. Orchestrée par la consultante sportive de France télévisions, Marion Rousse, elle a volé la vedette, durant ces dernières 24 heures, aux seuls qui la méritent vraiment : les forçats du cyclisme professionnel. J’en suis tombée de mon vélo d’appartement ! Mais reprenons ce mauvais feuilleton étape par étape. (suite…)

PEINE  CAPITALE

 

C’est un homme sans tête.
On le croise en semaine
Veste et gilet de laine,
De Nation à Vincennes.

C’est un homme sans tête
Et il court dans la mienne.
J’ignore où est la sienne.
L’a-t-il jeté dans la Seine ?

C’est un homme sans tête.
Mais qui a de la peine.
Il la cache sans haine
Sous le Cours de Vincennes.

C’est un homme sans tête,
Un comte d’Andersen.
Et le public sans gêne
Se moque de la scène.

C’est un homme sans tête.
Mes idées il larsène,
Son exil il promène
À Paris – Sainte Hélène.


ÉCHAPPÉES BELLES

 

10549266_333483603473742_3310378558064576406_o

Ah le Tour de France ! Toutes ces paires de jambes impeccablement épilées qui tricotent en danseuse ou emmènent de la bracasse au son délicieux de délicats roulements à billes… Et ces muscles effilés, ces morphologies longilignes, ces numéros d’équilibristes, ces accélérations fulgurantes, ces déhanchements envoûtants, ces silhouettes colorées, ces générosités dans l’effort, ces explosivités élégantes et ces excès de tonus et d’endurance ! Et pourtant… (suite…)

À  LA  UNE

Être présente à la une d’un journal signifie figurer en première page de celui-ci. Beaucoup en rêvent mais jamais n’y parviennent. Ce vendredi 4 septembre 2020, Morgane, qui ne fait décidément rien comme les autres, occupe la dernière page du Républicain Lorrain, un espace que les professionnels nomment “la der de couv”, et qui est encore plus prisé par les spécialistes de la communication. L’article objectif et synthétique rend hommage au livre qu’elle a publié aux éditions Hugo Doc, juste avant les vacances d’été. Une reconnaissance supplémentaire d’un travail de longue haleine et d’un témoignage sans concession. Toujours avec le sourire.

MERCI  MILLE  FOIS



Un hommage insolite aux infirmières a attiré mon attention lors d’une balade dans le 12ème arrondissement de Paris. Ce magnifique collage, apposé sur un des murs d’enceinte de l’hôpital Saint-Antoine, face à la caserne des pompiers, est cruellement évocateur. La république française, coiffée de son bonnet phrygien, un de ses symboles majeurs, tourne le dos à une infirmière masquée, coiffée de plusieurs masques en guise de charlotte médicale, un assemblage rappelant sans doute le bricolage auquel est contraint notre personnel soignant, en manque de fournitures et matériel sanitaire pourtant basiques. Telles les voiles de fortune d’un navire désemparé, d’autres masques relient les deux personnages. Traduit en plusieurs langues, le mot merci est inscrit sur chacun d’eux. Des rouages complexes tendent les pièces de tissu dans une architecture très élaborée, à la fois inquiétante et fascinante. Reconnaissance élémentaire et contradiction absurde caractérisant le contexte incertain et la situation équivoque dans lesquels notre société se débat depuis plusieurs mois ? Détermination hypocrite d’un côté et dévouement désintéressé de l’autre : deux réalités siamoises qui n’ont pas fini de ligoter nos pensées en ce déclin 2020.