LES CENDRES DE DÉCEMBRE


‌Le mois dernier, c’était l’étoile du salon, la star du living-room. Aujourd’hui, il n’est plus rien. Il n’est plus sur son 31. On l’a dépouillé de ses attraits, comme dans la chanson, les bois et guérets. On a saccagé sa parure, confisqué les rubans, les bijoux et les attributs de fête qu’il arborait triomphalement sous les œillades contemplatives d’un public conquis. Souvenirs, souvenirs… Personne ne lui fait plus le moindre cadeau. Déraciné dans les grises rues des grandes villes, il gît nu en exhibant sa verdure. (suite…)

CIGARELLES

Dans la continuité de l’article édité sur ce blog les 19 novembre et 4 décembre 2017, et afin de respecter mon engagement pro-menthols dans le camp du MRAP (Mouvement de Résistance des Allumeuses Professionnelles), je publie chaque quinzaine un élément en faveur d’un tabagisme libéré et libéral. Que ce soit en intérieur ou en extérieur, est-il vraiment nécessaire d’expliquer pourquoi une cigarette aux doigts d’une lady est toujours terriblement sexy ?

Further to the article published in this blog on November 19th and December 4th, and to respect my commitment  towards pro-menthols beside the RCPT (Resistance Camp of Professional Teasers), every two weeks I publish an article to support liberated and liberal smoking. Whether indoors or outdoor, is it really necessary to explain why a cigarette in a lady’s fingers is always awfully sexy ?

A  VERY  SWEET  LORD

Il s’était posé sur terre à Liverpool le 25 février 1943. Il s’en est envolé de Los Angeles le 29 novembre 2001. Entre temps, il s’est payé une fantastique balade dans le vent en compagnie de trois autres musiciens échevelés. George Harrison, le plus jeune des Beatles, le plus sensible aussi, eût une influence croissante au sein du groupe. Il introduisit une spiritualité particulière dans leur musique. On lui doit l’apport d’instruments indiens, mais surtout un jeu de guitare très caractéristique. Cristallin ou plaintif, acoustique ou électrique, il était reconnaissable entre tous, dès les premières notes. (suite…)

FUMISTERIE  MINISTÉRIELLE

Droite, gauche, centre, en France ou à l’étranger, on savait les ministres de tous bords très souvent capables du pire et plus rarement du meilleur. Avec une gestuelle très équivoque d’ancienne fumeuse, Agnès Buzyn, qui, depuis le 17 mai 2017 se prévaut pompeusement du titre de Ministre des Solidarités et de la Santé en France, a pollué les ondes audiovisuelles du week-end avec cette réflexion toxique : « Je ne comprends pas, aujourd’hui, l’importance de la cigarette dans le cinéma français. Il se trouve que j’en ai parlé au Conseil des ministres, à Françoise Nyssen (ndlr : notre illustre et presque inconnue ministre de la culture) pour l’alerter. Il y aura des mesures en ce sens. » (suite…)

ARMISTICE  À  L’ARTÉMIS

À chacun et chacune sa façon de fêter l’armistice. Larme à l’œil ou l’arme au pied. Moi, je préfère l’armistice façon Artémis, cette déesse de la chasse dans la mythologie grecque (la Diane des Romains), protectrice des chemins, des ports, des jeunes enfants et des bébés animaux, bref de tout ce qui initie et définit une nouvelle trajectoire, une nouvelle aventure, une nouvelle perspective. Parée des attributs qui la caractérisent : arc en or, flèches, carquois, croissant de lune et biche, lorsqu’elle se met en chasse, rien ne résiste à cette déesse farouche et sœur jumelle d’Apollon. Un peu comme ma modeste personne quand elle décoche son dernier trait de khôl en prolongement de son œil de biche, à l’orée d’une nuit mystérieuse. (suite…)

LE COQUELICOT ET LE ROCHER

 Salvatore Adamo est un chanteur auteur-compositeur italo-belge que les Français ont adopté dès le début des années 1960. Il est né en Sicile un jour de Toussaint (tanti auguri !), le 1er novembre 1943, et a accompagné plusieurs générations en interprétant des chansons plus consistantes qu’il n’y paraissait au premier abord. Elles prennent souvent source sur des impressions et des sentiments profondément humains. Jacques Brel disait de lui : « C’est un tendre jardinier de l’amour ». Avec plus de 100 millions de disques vendus dans le monde entier, il côtoie des artistes francophones tels que Tino Rossi, Charles Aznavour, Dalida ou Johnny Hallyday… ce qui ne l’empêche pas de chanter aussi en allemand, japonais, espagnol, italien, portugais, turc ou néerlandais ! (suite…)

ET  VIE  DANSE


Un mélange de grâce ondulatoire et de beauté décomposée. Et une maîtrise du corps insensée, presque irréelle. Le tout dans une fluidité permanente et une légèreté divine. Cette danse du corps qui touche aussi l’esprit m’a hypnotisée en ce dimanche un peu triste. J’ai visionné cette séquence en boucle. Je me la suis repassée un nombre déraisonnable de fois sans savoir pourquoi. À la fin, j’ai senti qu’elle m’avait fait oublier la pluie et l’automne. J’ai compris qu’elle était une invitation à l’optimisme, un encouragement à comprendre et à savourer le mouvement de la vie.

Mélancolie  Automnale

SOUPIR

Mon âme vers ton front où rêve, ô calme sœur,
Un automne jonché de taches de rousseur,
Et vers le ciel errant de ton œil angélique
Monte, comme dans un jardin mélancolique,
Fidèle, un blanc jet d’eau soupire vers l’Azur !
Vers l’Azur attendri d’Octobre pâle et pur
Qui mire aux grands bassins sa langueur infinie
Et laisse, sur l’eau morte où la fauve agonie
Des feuilles erre au vent et creuse un froid sillon,
Se traîner le soleil jaune d’un long rayon.

(Stéphane Mallarmé)