VILLÉGIATURE

11807365_508636539291780_6825977997266048714_o

POUR UN SÉJOUR DE VACANCES OU PLUS SI AFFINITÉS, VOUS ÊTES À LA RECHERCHE D’UN COIN TRANQUILLE, UN HAVRE DE PAIX, EN LIAISON ÉTROITE AVEC LA NATURE, LOIN DU BRUIT ET DES TRACAS DE LA VIE CITADINE ?

AUCUN PROBLÈME. NOUS METTONS À VOTRE DISPOSITION UN CARNET D’ADRESSES SANS PAREIL, AVEC UN CHOIX IMMOBILIER INCOMPARABLE. DES OPPORTUNITÉS TRIÉES SUR LE VOLET ET DES OCCASIONS UNIQUES, À SAISIR AVANT… QU’IL NE SOIT TROP TARD !

RÉPERTOIRE DÉTAILLÉ SUR SIMPLE DEMANDE ÉCRITE.

JEAN  YVES  LAFESSE

13 MARS 1957  –  22 JUILLET 2021

 


À 17 ans à peine, il quitta sa Bretagne natale pour cinq années d’aventures improbables entre Paris, Djibouti, Rome, Londres, où il rejoignit la mouvance punk. En 1981, il fit partie de la génération spontanée des radios libres et s’illustra sur les ondes de Carbone 14, Kiss FM et Radio Nova. En 1984, il démarra ses fameuses impostures téléphoniques (plus de 2000 au final). Nomade des médias, il transita ensuite par Europe 1, Canal +, France 2, France 3, TF1, M6, Paris Première, RTS… où il distilla à chaque fois son humour loufoque, un brin surréaliste et souvent impertinent, pour ne pas dire sans-gêne. Ses gags filmés en caméra cachée auprès des passants dans la rue, le petit doigt en l’air ou une carotte à la main, en furent les prolongements télévisuels inévitables. Son style a influencé bon nombre d’humoristes tentant aujourd’hui de reprendre le sillon avec plus ou moins de talent et d’inspiration. Héritier de Pierre Dac, le très culotté Jean-Yves Lafesse se faisait très rare depuis quelques années. Il est décédé ce jeudi 22 juillet 2021 à Vannes (Morbihan), des suites de la maladie de Charcot.

INTERMÈDE  MUSICAL


Pour envisager de façon radieuse et positive cette fin de semaine ensoleillée, tout en restant immergé dans la thématique “sea sex and sun”, et en ajoutant une touche exotique à ce cocktail de musique latina et de street dance, savourez ce petit plus bien frappé, avec un zeste de rêve éveillé. C’est un bon début d’évasion loin des villes énervantes et embouteillées, même si vous vous y trouvez encore coincés. Et c’est toujours mieux que rien. Mas que nada. 

HOLIDAYS  LIFEGUARDS

holidays lifeguards

Juillettistes ou aoûtiens, n’oubliez pas : si vous avez le moindre problème sur les plages, faites appel aux célèbres brigades des maître-nageurs sauveteurs.

Ils ou elles accourront à la rescousse et fendront la foule jusqu’à vous au rythme de magnifiques contractions abdos-pectoraux ou dans une chorégraphie d’ondulations hanches-chevelures des plus étourdissantes.

Vous pourrez alors leur faire part de vos petits soucis et ils se mettront en quatre pour vous aider à les oublier. C’est toujours comme ça que ça se passe à la télé. Pourquoi ça n’arriverait pas au moins une fois dans la réalité ? On peut toujours rêver… Ça sert aussi à ça les vacances.