RÉSEAUX  &  RÉSISTANCE

 



C’est encore et toujours une question de réseaux et de convictions, qui plus est dans la résistance face à la cruauté et l’inhumanité. Les plus nombreux et les plus solidaires finissent toujours par l’emporter. Il n’est jamais trop tôt, ni trop tard, pour en prendre conscience. Et choisir son camp.

RÈGLE  DES  SIX  À  LA  MAISON

Nouvelles restrictions : pas plus de six à la maison. Ouf ! Coup de bol : le compte est bon.

New restrictions : no more than six at home. Thank goodness ! I’m lucky : the count is right.

EN  PIQUÉ

Dès mon arrivée sur le sable d’Estoril, il ne m’a pas lâchée d’un pas. Naïvement, je pensais qu’il était là pour mes beaux yeux. Ou alors, qu’il avait repéré le livre rangé dans mon sac de plage : Jonathan Livingston le goéland… et qu’il rendait ainsi hommage à l’œuvre de Richard Bach, écrivain et ancien pilote de l’armée de l’air américaine. Ou enfin, qu’ayant remarqué l’admiration que je portais à son plumage, il s’apprêtait à me faire découvrir la majesté de son ramage, attestant qu’il était le Phénix des hôtes de ces parages. D’une façon ou d’une autre, il devait en pincer pour ma jolie personne, sinon comment expliquer les cercles qu’il décrivait sans relâche autour de moi et de mon parasol ? Assurément, avec un tel garde du corps, je ne risquais pas grand chose. C’est donc le cœur léger et la démarche enjouée que je suis allée me baigner. À mon retour, mon prince charmant et mes illusions s’étaient envolés. Ne restait, sur ma serviette, qu’un sachet de chips éventré et soigneusement dépecé.

 

WHAT  OUATE  WHAT  ?


Caroline Loeb fête ses 65 ans ce lundi 5 octobre 2020…
Un bon prétexte pour prolonger le week-end jusqu’à plus soif !
Il va encore y avoir de la ouate derrière les mirettes à la fin de la célébration.

L’ami André Manoukian nous raconte l’histoire de la chanson qui l’a fait connaître :

MOISSONNEUSE   BLAGUEUSE

N’ayant aucune qualification précise dans le domaine agricole, je me garderai bien d’émettre un avis personnel concernant les pratiques et coutumes des éleveurs ou des céréaliers français. Mais tout de même… ils ne sont pas un peu en retard, là, pour commencer à moissonner ?

BB  86


On peut ne pas être d’accord sur tout, regretter le corps qui change et critiquer les idées qui vieillissent, ce n’est pas une raison pour oublier les anniversaires. La plus célèbre des Brigitte, qui vit le jour le 28 septembre 1934 à Paris, fête le sien ce lundi. L’occasion de nous offrir, sur une petite chansonnette pas si bête que ça, une jolie rétrospective de ses apparitions magistrales sur les écrans. Il en manque évidemment quelques unes, et non des moindres, qui demeurent gravées dans nos mémoires. Parfaitement intactes. Sans jamais redouter le moindre coup de vieux. Mais le charme premier de Brigitte Bardot, et le credo de son histoire, s’il en existe un, est peut-être contenu dans ce quatrain, qu’avant elle Marcel Zanini, son antithèse esthétique, avait fait sien :

« La vie, oui, c’est une gymnastique
Et c’est comme la musique, y’a du mauvais et du bon
La vie, pour moi elle est magnifique
Faut pas que tu la compliques par tes hésitations… »

ON N’A PAS BIEN ENTENDU, LÀ…

SORRY, WE DIDN’T HEAR VERY WELL…

 

Y’EN A ENCORE UN QUI A UNE CRITIQUE À FAIRE SUR LA LONGUEUR DE NOS JUPES ?

IS THERE ANYBODY ELSE WHO WANTS TO CRITICISE OUR SKIRTS LENGTH ?

PARADE – RIPOSTE

14484678_10154447575605120_4578967866167644260_n

Suite à l’affaire “chasse à courre à Compiègne”, qui a récemment défrayé la chronique, un FLNA (Front de Libération National des Animaux) s’est enfin mobilisé et structuré. Des périmètres de sécurité sévèrement délimités et étroitement surveillés ont été mis en place dans toutes les zones forestières à risques. Le soutien logistique et la modernisation des moyens de défense sont assurés par le FLNC (Front de Libération des Non Chasseurs) qui n’avait pu jusque là s’exprimer librement. Dorénavant, les deux camps pourront lutter à armes égales…

 

 

LES  MERVEILLES  DE  LA  NATURE


Lors de ma dernière balade en forêt, m’extasiant devant les couleurs d’automne et les merveilles de la nature, j’ai pris quelques clichés peu avant que la lumière ne décline outre mesure. En agrandissant l’un d’eux sur l’écran de mon ordinateur, j’ai compris pourquoi ces sous-bois, silencieux à l’excès, avaient ce-jour-là été désertés par tous les oiseaux et les animaux sauvages.