CLIC – CLAC


Photographe animalier ? C’est pas si difficile ! Suffit de mettre l’appareil sur trépied, le débrayer en mise au point automatique, l’installer dans un coin silencieux le matin et venir le récupérer le soir. Entre temps, tu peux vaquer tranquillement à tes occupations de la journée…

HAPPY DAVE


Il est né en 1944 à Amsterdam (Pays Bas) et il a 78 ans ce 4 mai 2022. Ça ne rajeunit pas ceux qui l’ont connu avec l’avènement de ses deux premiers grands succès en 1974 : Sugar Baby Love et Vanina. Ce dernier titre lui colle encore à la peau aujourd’hui, ravivant chez ses fans la nostalgie des seventies. Wouter Otto Levenbach (c’est son nom de naissance et on comprend mieux pourquoi il a opté pour le pseudonyme Dave) l’interprète encore de temps à autres sur scène, avec, évidemment, moins d’audace vocale qu’à l’époque de ses débuts. Une époque où son succès de chanteur à minettes, comme Patrick Juvet, et ses producteurs lui interdisaient de parler de son homosexualité. On n’a jamais rien sans rien. Aujourd’hui, Vanina lui permet encore de chanter l’amour, et d’affirmer que c’est là l’essentiel dans une vie, quel que soit le genre de l’être aimé.

2 MAI : DÉFAITE DU TRAVAIL

Je réside à 50 mètres du boulevard Voltaire, cette grande artère du 11ème arrondissement parisien qui relie la place de la République à la place de la Nation. Cet axe est également l’un des plus empruntés par les nombreuses manifestations qui polluent la capitale autant que les oxydes de carbone et qui, à défaut d’aboutir à quoi que ce soit de constructif sur le plan social, deviennent de plus en plus destructrices au niveau local. Nombreux sont les résidents et commerçants qui quittent progressivement ce quartier.

(suite…)

POUR UNE PARFAITE ASSISE
A PERFECT BASIS IN SOCIETY


Que ce soit sur un lit, un escalier, un canapé, un tabouret, un tapis moelleux ou un muret en pierre, il n’est jamais facile de s’asseoir avec élégance et dignité, en jouant de son pouvoir de séduction sans en faire trop ni pas assez. Parfois, l’exercice peut même se révéler périlleux. Quelques amies transgenres offrent ici plusieurs exemples d’attitudes visant à perfectionner un certain maintien dans cette situation… et garantissant une parfaite assise dans la société !

Whether it is on a bed, a staircase, a barstool, a soft rug or a stone wall, it’s never easy to sit with elegance and dignity, using power of seduction… neither too much, nor too little. Sometimes, this ecercice can be perilous. Some trangenders friends of mine provide various examples designed to upgrade a noble attitude in that kind of situation… and to guarantee a perfect basis in society !

DÉMONSTRATION


Bill Keller, journaliste américain, rédacteur en chef du New York Times de 2003 à 2011.

BRIGIGGY LENNON


En passant par la Lorraine et le Luxembourg, j’ai endossé ce week-end un rôle hybride de John Lennon et Iggy Pop, à la scène comme à la ville. Renouant avec mon petit village natal de Beuvillers (54), et sans doute avec une partie de mon adolescence, j’ai pris un plaisir non dissimulé à arpenter ainsi les abords de l’église et de la mairie, où je suis même allée voter, davantage par nostalgie exhibitionniste que par devoir civique. Je n’ai malheureusement revu aucun des complices de ma jeunesse, ceux ou celles avec qui nous montions des spectacles de fin d’année pour les anciens ou des fêtes patronales d’été à base de jeux inter-villages. Certains ont disparu, d’autres ont dû être retenus, cet après-midi là, par leurs familles ou les hasards de la vie. J’ai éprouvé cette étrange impression d’appartenir encore, de par mes racines, à cette terre austère qui m’a vu naître, sans toutefois éprouver le moindre regret quant aux décisions singulières qui m’en ont éloignée.

(suite…)