D’ARC  ET  D’ÉON  :  MÊME  COMBAT  ?

Trois siècles les séparent. Une inversion les rassemble. Elle naît en 1412 à Domrémy, lui en 1728 à Tonnerre. Elle meurt en mai à 19 ans, lui en mai à 82 ans, dans un genre à la fois similaire et différent de ceux qu’ils auraient dû être, de ce qu’ils auraient dû paraître. Jeanne d’Arc et le Chevalier d’Éon même combat ? (suite…)

UN  AUTRE  SON  DE  CLOCHE


Les mystères de Pâques vous ont toujours semblé impénétrables ? Brigitte Boréale est tombée à pink pour éclairer votre lanterne. En 2005, dans l’émission quotidienne « Le Set », présentée par Christophe Beaugrand et Marie Labory, et en compagnie de Clovis Cornillac, BB avait levé le voile sur les singularités les plus marquantes du week-end pascal. Elle avait rempli sa mission consciencieusement, avec des faux airs d’il de Pâques ou d’elle de cloche. Son intervention et son message, religieusement suivis par tous les abonnés de Pink tv, avaient, parait-il, été entendus jusqu’à Rome. Ils nous reviennent 13 ans plus tard, ressuscités par le miracle et la grâce d’internet.

LA VÉRITÉ, PAS TOUJOURS SEXY, SUR SAINT VALENTIN.

Prêtre chrétien emprisonné à Rome au 3e siècle car il continuait à unir les jeunes fiancés alors que l’empereur Claude II pensait que les hommes mariés faisaient de mauvais soldats, Saint Valentin rendit la vue à la fille de son geôlier et lui offrit, juste avant son exécution, une feuille en forme de cœur avec le message :  « de ton Valentin » .

Racontée ainsi, c’est romantique. Dans le détail, ça finit par un véritable carnage. Convertie catho après le miracle, toute la famille du geôlier (pas moins de 48 personnes) fut torturée et mise à mort par les Romains. Saint Valentin, avant d’être décapité le 14 février 268, fut battu et brisé, pour ne pas dire fracassé, de toute part à coups de bâtons. (suite…)

TRANSMUTATION

« Le sapin de Noël est un trans ! » Et je le démontre, sans tambours ni clochettes !

 

Deux mille ans avant Jésus Christ, chez les Celtes comme chez les Grecs, l’épicéa était déjà l’arbre de l’enfantement. Les Chrétiens ne se firent pas prier pour le récupèrer et l’associer à la naissance de Jésus, comme par hasard à la même date que le solstice d’hiver (la renaissance du soleil), rite païen pour lequel cet arbre symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé ! (suite…)

SAINT  NICOLAS  vs  PÈRE  NOËL

 

Le Père Noël est-il une imposture ? À qui a-t-il volé ses pouvoirs ? Qui l’a travesti ? Quid de sa transformation durant ces deux derniers siècles ? Entre nous soit dit, le père Noël, c’est pas un cadeau. C’est même loin d’être un saint ! Made in Europe puis remixé aux USA, snobé par l’Eglise, chouchouté par les médias, le père Noêl est en réalité un personnage récent qui a presque tout pompé sur son glorieux aîné : Saint Nicolas ! (suite…)

TOUCH  DOWN  AND  PUSH  UP  !


« Welcome to the LFL ! » annonce le clip en introduction, un peu comme on déclarerait « Bienvenue en enfer » ! Ou au paradis, selon que l’on est actrice ou spectateur. LFL s’écrit avec deux L parce que cela devait être leur domaine à elles. Et que ça rime avec dentelles. Aujourd’hui, le sigle signifie Legends Football League mais le L de Legends est un transfuge du L de Lingerie. (suite…)

CHEVEUX  DANS  LE  VENT

La première fois que mes cheveux m’ont chatouillé les idées, ou vice versa, c’était en 1966. Les filles avaient des couettes et les garçons étaient coiffés à la cosmonaute ! C’est dire si on était bien dégagé au-dessus des oreilles ! (suite…)

ANTHROPONYME  OU  ANTONOMASE  ?


Avant de devenir des noms communs, certains mots étaient des noms propres, figurant des personnages originaux. Les spécialistes de la langue française parlent d’anthroponymes et les linguistes désignent ce type de création par le terme antonomase. Ça peut toujours servir pour faire la maline au beau milieu d’une conversation mondaine. Plutôt que de se lancer dans un développement stylistique aléatoire, renouer avec des personnalités oubliées dont nous utilisons le nom communément m’est apparu comme une sorte de justice rendue à ces César qui n’ont jamais reçu leurs oscars. Une vingtaine de ces identités fort remarquables est donc livrée ci-dessous. (suite…)

EN  AVRIL…  MAIS


Faut-il croire le dicton sur parole ou bien y-a-t-il un mais ? Dans le calendrier romain, mai était le troisième mois de l’année. Dans le calendrier julien, puis grégorien, il glissa en cinquième position, rang qu’il occupe encore aujourd’hui. Selon le poète latin Ovide, né en 43 avant Jésus Christ, ce joli mois de mai est intimement lié à Maïa, l’aînée des sept Pléiades, filles d’Atlas et Pléione. Elle fut aimée de Zeus, le roi des dieux (Jupiter chez les Romains), et donna naissance à Hermès (Mercure), le messager des dieux mais également la divinité de l’éloquence, des voyageurs et des marchands. Déesse de la fécondité et de la croissance, la Maïa gréco-romaine a son alter-ego dans la mythologie hindoue, qui est la personnalisation féminine du principe créateur… et qui se nomme également Maïa ! (suite…)

MON SON DE CLOCHE À PROPOS DE PÂQUES

Et pourquoi les cloches elles s’envolent ? Et comment le lièvre il peut pondre des œufs ? Et pourquoi ça se passe jamais à la même date ? Parce que, Paaske, Pask… Pâques, en écossais, suédois ou danois, ça se prononce Paske. En espagnol et en italien Pasqua, comme Charles. En roumain, Pasti, sans s mais comme Charles aussi.

Vous allez penser que j’exagère, mais en réalité, cette affaire-là, c’est encore une sacrée histoire de transformation. Comme beaucoup de fêtes religieuses, Pâques fut d’abord une fête païenne, marquant le retour du printemps, au plus tôt le 22 mars, au plus tard le 25 avril. Question de pleine lune et d’équinoxe du printemps. C’est pour ça que ça change tous les ans. (suite…)