LA  TÉLÉ  RE-ALITÉE


Infectée et malade depuis longtemps, la téléréalité n’en finit pas de rechuter. Elle poursuit un lent pourrissement, d’elle-même et des gens qu’elle contamine, devant ou derrière les écrans, comme un virus que l’on ne parviendrait pas à contenir et encore moins à éradiquer. En France, la dernière affaire en date a poussé plusieurs candidates de l’émission “Les Anges de la Téléréalité” à révéler les abus et les abjections d’une production sans foi ni loi. Débauche, prostitution, mensonge, délation, manipulation, harcèlement, agression, j’en passe et des pires, toutes ces incitations aux plus bas instincts semblent avoir été érigées en règles de conduite et en garants de notoriété factice. Les candidats et candidates doivent s’y plier ou disparaître. Une poignée de rebelles se révolte et brise le silence de temps à autre. Pourquoi sont-ils si peu ? Morgane, qui fut à l’avant du combat sur YouTube, avec une vidéo retentissante (4 millions de vues) en janvier 2019, puis, en avril 2020, avec la parution d’un livre (Treize Semaines), en explique les principales raisons.

CIGARETTES,  AMIES  PROCHES
CIGARETTES, CLOSE  FRIENDS


Blonde ou brune, la cigarette est dangereuse pour le cœur. Mon médecin est formel !
Il faut passer à autre chose et, selon lui, les amies proches peuvent vraiment aider.
Il ne connaît pas les miennes. Pas sûr que son conseil soit pertinent…

Blond or dark, cigarettes are dangerous for the heart. That’s what the doctor said.
He told me close friends could help me to think about something else.
He doesn’t know mine. Otherwise, he wouldn’t say that…

 

COT COT GIRLS


Cela pourrait s’appeler “Œufs de Pâques, suite et fin”, ou encore “Couvée Spéciale”. On ne s’en est pas rendu compte tout de suite, mais c’est aujourd’hui devenue une évidence indéniable : la danse des canards et gangnam style ont eu une descendance hybride fin 2014 ! (suite…)

PANDEMANIA


Elle s’appelle Marie Reno mais n’a rien à voir avec Jean, ou alors elle le cache bien. Son trip, c’est davantage un mix humour/musique, avec, en option, un master de Lettres Modernes à la Sorbonne. Chant, piano, guitare, ukélélé… musique assistée par ordinateur, piano jazz, musique de film et autres variétés… l’artiste n’est guère sectaire, ni dans ses passions, ni dans ses ambitions. Depuis une douzaine d’années, elle écume les scènes parisiennes et multiplie les incartades jusqu’en Avignon ou en Suisse, au gré de festivals et créations diverses. En 2014, elle pousse le bouchon un peu plus loin, en décrochant le premier prix du 22ème festival rock et chanson Polonica à Cologne ! Quatre ans plus tard, elle sévit sur les ondes de la radio Rires et Chansons. Évidemment, elle fait aussi un carton sur internet, en publiant des sketches avec le soutien de plusieurs complices, dont l’humoriste Franjo (son frangin) et l’auteur Xavier Le Gall. Avec ses pastiches humoristiques ou ses compositions originales, Marie Reno s’engage régulièrement sur un terrain politique ou sociologique, sans verser dans l’excès ou la facilité. En 2021, il ne manque qu’une seule chose à l’humour noir et rose qu’elle chante et défend si bien : que les salles de spectacle ne soient plus fermées, bordel de ≈øƒ∂◊憕±√¢∆∞ de Covid 19 !!! Mais ça, elle sait l’exprimer beaucoup plus malicieusement que moi, en conclusion de son clip Pandémia.

MUCHAS GRACIAS JOSÉ GARCIA

Que tout le monde lève son verre pour les 55 balais de José Garcia ! Si l’acteur franco-espagnol est né à Paris le 17 mars 1966, c’est parce que ses parents décidèrent de laisser le franquisme et la pauvreté de l’autre côté des Pyrénées dans les années 1950. Les hôtels particuliers du seizième arrondissement parisien leur fournirent les emplois de gens de maison propices à un nouveau départ. Gavroche de Galice, leur fiston passa les seventies à affoler ses enseignants. La seule école dans laquelle il excellait était celle du rire. L’obtention d’un BEP de comptabilité et un devancement d’appel du service militaire furent les deux seules concessions raisonnables qu’il céda avant de s’engager dans le domaine dont il avait toujours rêvé : le spectacle. (suite…)

 À  LA  TIENNE,  ÉTIENNE  !


Je n’ai jamais très bien su qui était cet Étienne. Ni à qui, ou à quoi, il pouvait bien tenir. En revanche, à la première écoute, et surtout dès que je l’ai vue, j’ai eu l’impression savoir qui était Guesch Patti. J’ai compris instantanément qu’elle était danseuse, chanteuse, actrice, chorégraphe, et bien d’autres choses encore, surgissant de notre imagination et de son clip magnifique, qui illumina l’année 1988 de sa savante indécence. Une indécence suffisamment décente pour passer à la télévision et effeuiller des images taquinant nos pensées de fantasmes tout à coup autorisés, prolongeant ceux qu’avait esquissé Axel Bauer quelques années plus tôt avec son Cargo de Nuit, sublimé lui aussi en noir et blanc par Jean-Baptiste Mondino. (suite…)