LE DÉFILÉ MODE BC3G


Trop tôt disparue en 2013, Martine Marcowitz était une femme d’esprit et d’élégance rare. Sa culture et sa sincérité, de même que sa diction et son humour, me fascinèrent dès notre première rencontre, dans les studios de Pink tv, en 2004. Son parcours était à son image. Passée par hypokhâgne et les classes préparatoires littéraires aux grandes écoles, s’étant d’abord consacrée au monde de l’édition, elle s’orienta ensuite vers celui de la mode et la beauté, dans un style et avec une verve bien à elle. Rédactrice en chef à Marie-France, rédactrice en chef du magazine Femme, puis directrice de la rédaction d’Atmosphères (tout en collaborant à Pink TV), elle avait écrit plusieurs ouvrages, notamment les opus parfums et beauté du magnifique coffret « Chanel en trois volumes – Mémoire des marques ; Mémoire de la beauté ; Mémoire de la mode », paru aux éditions Assouline, fin 2012. À la grande époque de la petite chaîne rose, nous étions rapidement devenues très proches. Martine nous avait fait l’honneur et le plaisir de présenter à l’écran notre première collection de mode BC3G (Bon Chic 3ème Genre). Nous ne l’avons jamais assez remerciée. Nous évoquons parfois sa mémoire avec quelques copines rescapées de cette aventure. Je pense souvent à elle lorsque je lis ou j’aborde des sujets dans lesquels elle excellait. La mode a bien changé depuis notre belle complicité. Quel dommage que tu ne sois plus là pour en parler. Martine, ton sourire et ton amitié nous manquent.

UN FILM À NE PAS MANQUER !


Pour tous ceux et celles qui ont manqué la première diffusion du film Pride, sur Arte, jeudi soir, une séance de rattrapage est possible, voire obligatoire, grâce à l’option replay, disponible sur la même chaîne, jusqu’au mercredi 9 novembre 2022. Ce long métrage, sorti en 2014, est un petit chef d’œuvre d’émotions dans le genre évocation historique. Inspiré d’une histoire vraie, il évoque la genèse du rapprochement très touchant de deux communautés que tout semblait opposer au départ, mais qui s’unirent, avec beaucoup d’humanité, pour défendre la même cause.

(suite…)

L’AILE OU LA CUISSE ?


Mon amie Gina a encore fait un accroc à son mini-short en descendant de sa Ferrari. Être bien carrossée n’a pas que des avantages. Les belles lignes italiennes sont réputées pour leur excellence esthétique, mais elles sont aussi si fragiles. Avec elles, une conduite irréprochable est de rigueur. Un accident est si vite arrivé. Il ne faudrait surtout pas risquer d’érafler une aile par un manque d’attention coupable. L’aile, ou la cuisse… l’accrochage serait tout aussi dramatique.

HALLOQUEENS FOREVER


C’était il y a vingt ans à peine, il y a vingt ans déjà. Rachel, Brigitte, Giovanna et Samantha, l’un des quatuors majeurs du groupe BC3G (Bon Chic 3ème Genre), partaient à l’aventure un soir mémorable d’Halloween, non loin de la pyramide du Louvre… On ne les revit jamais sous une telle apparence, mais elles, depuis cette nuit mystérieuse, ne se perdirent jamais de vue.

It was barely twenty years ago.  Rachel, Brigitte, Giovanna and Samantha, one of the major quatuor of the BC3G group (Bon Chic 3rd Gender), saw where the wind took them on a memorable Halloween evening, not far from the Louvre Pyramide, in Paris… They were never seen again with such a look, but themselves, after this mysterious night, never lost touch with one another…

ROYAL BLUE DRAG


Mes copines ne sont jamais contentes ! Il y a à peine 48 heures, ces pages livraient une magnifique transformation en blonde incendiaire, signée Courtney Act, célèbre dragqueen (et aussi chanteur) australienne. Affluèrent aussitôt des commentaires jaloux tels que : « Oui, évidemment, ce sont toujours les blondes qui monopolisent le devant de la scène ! », et : « C’est pas juste : jamais aucune proposition pour les blacks ou les bruns à la peau foncée ! », ou encore : « Quand l’équilibre sera-t-il enfin rétabli entre les blondes et les brunes ? ». Et bien dès aujourd’hui, avec Jaida Essence Hall, autre célèbre dragqueen, américaine cette fois (également costumier et maquilleur réputé), qui propose ici une création intitulée “Royal Blue Drag Look Fit 4 a Queen”. Si, après cela, pointent encore des récriminations sectaires, je veux bien me faire moine ! En conservant malgré tout mes talons aiguille, et sans renoncer aux lipsticks et faux cils. Il ne faut tout de même pas exagérer.

VIRTUEL ET RÉALITÉ


En vue de votre prochaine sortie en boite de nuit, voici une petite transformation express, issue de la série Cosmo Queens, et virtualisée ici en à peine deux minutes chrono ! Comptez environ deux heures dans la réalité…

MELANIE C & MORGANE E


V’la-t-y pas que ma fille traine du côté Spice Girls maintenant !
Si ça continue, elle va finir par monter un groupe pop avant moi

WATERPROOF


Il y a sur terre des personnes qui, outre la beauté, ont un supplément de grâce et de talent. Kristina Makushenko fait partie de celles-là, à cette particularité près que ce talent et cette grâce, en plus de l’avoir sur terre, elle les magnifie également sous l’eau ! Quadruple championne du monde de natation synchronisée, cette athlète russe, née le 1er juin 1995 à Moscou, vit aujourd’hui à Miami, sur la côte de Floride (USA), chère à Flipper le dauphin. Désormais coach (ses élèves ont intérêt à retenir le souffle), elle a développé son art avec une maîtrise et une technique prodigieuses. La dimension sportive de ses performances, la composante esthétique et la création artistique qu’elle propose sont époustouflantes. Elle plonge la réalité dans le rêve. Elle brasse le fantastique et l’érotique avec une sensualité surréaliste. Telle une créature du futur, une sirène ayant troqué ses écailles pour des résilles et sa nageoire caudale pour des talons aiguille, elle distille le fantasme avec une classe inouïe. Capable d’exécuter un moonwalk tête en bas, elle peut tout aussi bien faire une démonstration de Kung Fu, de roller ou de skateboard subaquatiques sans que cela ne lui pose le moindre problème. Kristina est la seule convive que la plonge n’effraie pas avant de traverser un restaurant immergé (sans doute poissons et fruits de mer), en minirobe noire et bottines compensées. Les dragueurs présomptueux qui s’imagineraient pouvoir lui mettre le grappin dessus feraient bien d’y réfléchir à deux fois. Même si, d’aventure, elle daignait accepter un dernier café en leur compagnie, ils risqueraient fort de finir par boire la tasse.

SUMMER TRANSLATION


The summer is slowly slipping away and transgenders make no exception. Very soon, they will have to say goodbye to these lovely swimsuits which make the delight of those who take a long time to choose them… and the delight of those who take a longer time to admire them.

L’été s’en va doucement et les transgenres n’échappent pas à la règle. Il va bientôt falloir dire au revoir à ces adorables petits maillots de bain qui font le bonheur de celles qui mettent un temps fou à les choisir… Et celui de ceux qui mettent un temps encore plus long à les admirer.