ÉPANCHEMENT

L’info sportive du week-end, c’est Neymar qui quitte le terrain dix minutes avant la fin du match PSG-OM (remporté 3-0 par les Parisiens). La raison de cette sortie prématurée ? Une grosse entorse. Pas une de celles qu’il fait régulièrement aux règlements de ses clubs ou au fair-play face à des adversaires beaucoup moins doués que lui. Non ; une grosse entorse de la cheville droite, qui a rapidement gonflé selon les dires de quelques coéquipiers, et qui a immédiatement inquiété tous les supporters français, à cause de son possible forfait, dans une dizaine de jours, pour le match retour contre le Real Madrid, en Ligue des champions. (suite…)

CALORIGÈNE


On  annonce une chute des températures et un vent glacial balayant tout le pays pour nous infliger gelées et frimas implacables ? Qu’à cela ne tienne ! La riposte imparable se nomme Jive et se dans sur un tempo de 128 à 176 battements par minute. Mettant en exergue voltes syncopées ou déhanchées,  jeux de jambes virtuoses et enchaînements de pas sautés ou jetés, cette danse de compétition est en réalité une transmutation artistique des plus insolites. C’est l’adaptation en danse de salon par les Anglais du boogie-woogie importé en Europe par les Américains (notamment par les GI) dès 1940. Outre l’élévation immédiate de votre température corporelle, elle garantit un degré d’attractivité sensuelle en forte hausse, quel que soit le genre de partenaire recherché. Un double avantage fort appréciable par les temps qui courent. Et tellement plus classe que l’option de devoir se trimbaler partout avec un radiateur électrique en laisse !

SANS  DOMICILIATION  FINANCIÈRE

.
..

Le 8 décembre 2017, dans le Terminal 2F de l’aéroport de Roissy, c’est Noël avant l’heure pour un SDF qui fouille les poubelles et traîne savate sur le béton gris. Alors qu’il triture détritus et conteneur, il avise une porte métallique aussi triste qu’Orly le dimanche sous la pluie, mais s’ouvrant gentiment, comme par enchantement, sur un local inconnu. L’homme y jette un œil puis deux. Il a bien du mal à récupérer cette paire de prunelles, à laquelle il tient beaucoup, ainsi que son calme, sérieusement mis à mal par une incroyable découverte : des gros sacs de billets de banque pleins à craquer ! (suite…)

ACCROC



Elle n’était cousue ni de fil d’or ni de fil blanc et ne leur rapporta finalement que l’argent. À cause d’une couture trop fragile et d’un tour de cou défaillant, la robe de Gabriella Papadakis se transforma en véritable cauchemar pour la patineuse française qui représentait, avec son partenaire Guillaume Cizeron, l’une des plus grandes chances de médaille d’or dans le clan français. Dès les premières secondes de leur programme court, plusieurs agrafes, pourtant consolidées par des points de couture, cédèrent complètement et ouvrirent une brèche dans la tenue de la patineuse, mais surtout dans sa synchronisation désormais imparfaite avec son binôme sur la glace. (suite…)

LA DIFFÉRENCE ENTRE CINÉMA ET TÉLÉVISION
SELON JEAN-LUC GODARD

« Quand on va au cinéma, on lève la tête.
Quand
on regarde la télévision, on la baisse. »

« La télévision fabrique de l’oubli.
Le
cinéma fabrique des souvenirs. »

SAUVETAGE


La patineuse canadienne Meagan Duhamel brandit un trophée qui vaut toutes les médailles d’or. Profitant de son séjour à Pyeongchang pour les J.O. d’hiver, elle vient d’adopter un chien qui, sans elle, était destiné à passer à la casserole. Début 2017 déjà, lors d’un précédent voyage en Corée, l’athlète avait rapporté dans ses bagages un croisé Teckel arraché à une ferme d’élevage qui livre restaurants et chaînes alimentaires. Selon plusieurs estimations concordantes, plus d’un million de chiens sont élevés chaque année pour leur viande et consommés de diverses façons en Corée du Sud. Évidemment, ce type d’informations n’est guère relayé par les journalistes présents sur place, bien trop occupés à aligner les poncifs éculés et les resucées politiquement correctes. Les autorités coréennes ont par ailleurs vivement conseillé aux restaurants proches des sites olympiques de cesser de servir de la viande de chien durant l’événement. Si cette mesure n’a pas été scrupuleusement respectée, la faute n’en revient pas seulement aux autochtones, mais aussi à certains touristes morbides, émoustillés par la perspective de goûter la viande de chien. Pour les uns comme pour les autres, une petite visite dans ces funestes élevages canins devrait être obligatoire avant de passer à table.

 

PALME  DE  VELOURS


Faire sa place au soleil n’est pas évident. Trouver sa place sur une plage non plus, même lorsque l’on est un humain courageux. Mais trouver sa place au soleil, sur une plage et dans la mer quand on est un chat relève de l’exploit singulier, pour ne pas dire de l’exception rarissime. C’est pourtant devenu banal pour une petite chatte noire américaine dont les débuts dans l’existence tenaient davantage du naufrage. Abandonnée dans une boîte sur le bord d’une autoroute, elle fut recueillie par un jeune couple auquel elle s’attacha tellement qu’elle n’hésita pas à les suivre partout, y compris dans l’eau, un élément réputé peu attractif pour les individus de son espèce. Ces preuves de confiance et d’affection débordantes la rendent encore plus fascinante. La voir sauter dans les vagues est épatant. Tout comme sa démarche chaloupée en abordant ou en quittant les eaux plus calmes. Baptisée Nathan, un prénom masculin dont elle a hérité à cause d’un personnage de série télévisée, cette chatte est presque transgenre à sa façon. Elle jette par dessus bord idées reçues et stéréotypes pour lancer une passerelle entre le désir et le possible. Une sorte de filin félin arrimé sur l’amour.

MÉDAILLE D’ARGENT AUX J.O.
MÉDAILLE D’OR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX.

Ce vendredi 16 décembre 2018, à Pyeongchang (Corée du Sud), Julia Pereira De Sousa-Mabileau a décroché la médaille d’argent dans l’épreuve très spectaculaire de snowboard. Lors de ces XXIIIèmes J.O. d’hiver, à 16 printemps à peine, la benjamine de cette finale à couper le souffle devient également la plus jeune médaillée olympique française de tous les temps. Dans la foulée, elle bat tous les records de clics et de followers sur les réseaux sociaux. Et dire qu’elle avait choisi cette discipline à l’âge de 9 ans parce que l’un de ses entraînements de ski alpin s’était très mal passé ! Au bout du compte, dans le sport comme dans la vie, suivre son instinct est préférable. Sans avoir peur de changer de genre quand celui que l’on veut vous imposer n’est pas le bon.