20.000 VAINS MILLE

INSUPPORTABLE

« Avez-vous remarqué comme on est bête quand on est beaucoup ? ». Cette citation de George Sand m’a toujours fascinée par son insondable vérité. On pourrait la conjuguer avec une autre formule, tout aussi inexorable, de Françoise Sagan : « Nous sommes peu à penser trop et trop à penser peu ». Que penser dès lors des rassemblements périodiques qui voient fleurir des crétineries aussi bêtes que méchantes dans les stades de football ? Banderoles débiles, insultes homophobes, éructations racistes, chants sectaires et vociférations primaires… plus ça va, pire c’est. On trouve même des journalistes dits sportifs capables de s’étonner que l’on s’en alarme, sous prétexte que cela fait partie de je ne sais quel folklore primitif ou tradition stupide. Au comptoir d’en face, qui se mue régulièrement en plateau de télévision ou en campagne de communication, des instances et des politiques en mal de notoriété jettent de l’huile sur le feu en proposant des remèdes aussi pernicieux que le mal.  Diffusé à la belle époque de l’émission quotidienne Le Set, sur Pink TV, il y a déjà quinze ans (sous l’œil affuté d’Éric-Emmanuel Schmitt), ce billet d’humeur colle étonnamment à l’actualité toujours aussi désolante du football et de ses supporters…
Et à l’implacable mécanique du nombre.

2 thoughts on “20.000 VAINS MILLE

  1. Il me semble que c’est au scythe fort lucide Anácharsis, à moins que ce ne soit à l’un de ses illustres contemporains, que l’on doit la meilleure définition de l’esprit de groupe, que faute d’avoir su mémoriser mot pour mot, je résumerais ainsi :
    « Contrairement à bien des valeurs, l’intelligence de la nuée, loin de s’additionner, tend d’avantage à se rapprocher de celle de son membre le plus pauvre en esprit, divisé par le nombre des éléments qui le compose, de sorte que le raisonnement d’un imbécile solitaire vaut dans bien des cas, celui d’une assemblé de sages grégaires ».
    .
    Inutile de préciser que remplacer la nuée des sages par une nuée d’imbéciles accordant d’avantage d’intérêt au parcourt d’une baballe qu’à chasser ou empêcher les injustices, seule stratégie permettant à long terme de garantir leur propre survie et celle de leur lignée, n’améliorera en rien leur niveau ni les chances d’avenir d’une telle société. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *