THÉORIE DE LA RELATIVITÉ…

… ET RELATIVITÉ DE L’AMBIGUÏTÉ.

Je n’ai jamais compris grand chose à la théorie de la relativité. J’ai toujours fait semblant d’être au courant, comme tout le monde. De toute manière, le truc est indéboulonnable. Il est signé Albert Einstein. Même sa formule est top de top. E=mc2 ! C’est presque une vérité divine. C’est comme une œuvre d’art, une sculpture, un tableau, un poème, une musique qui vous accroche et vous marque à vie.  On ne sait plus si elle est devenue célébrissime à force d’avoir été ressassée et resservie à toutes  les sauces ou si elle a eu un impact initial tel qu’elle ne pouvait que devenir fameuse. La relativité d’Einstein est devenue universelle en quelques décennies à peine. Il s’en dégage une sorte d’ambiguïté inattaquable, à la fois familière et étrangère. On est incapable de l’expliquer, mais on sent que c’est grand. On sait aussi que cela nous dépasse. 

Littéraire dès mon plus jeune âge, je n’ai jamais éprouvé aucune attirance ni admiration envers les scientifiques, ces habitants d’une autre planète. Albert Einstein a toujours fait exception, probablement à cause de certaines déclarations rebelles (contre les méthodes d’enseignement rigides), de remarques inspirées (à propos de biologie et d’écologie) et de photographies insolites (portraits hurluberlus). Et puis cette nuit, je suis tombée sur un de ces clichés époustouflants. Époustouflant au sens fort et premier du terme : à en couper le souffle. Notre bel Albert posait sur un rocher, chevelure ébouriffée, comme à l’accoutumée. Jambes délicatement croisées, bras droit en appui le long du corps, l’attitude en elle-même me parut immédiatement féminine. Au bas de la photo, une légende sibylline précisait simplement : Albert Einstein profitant du soleil, New York, Long Island, été 1939.

Au delà de la posture, la prolongeant de manière troublante dans toute son ambigüité, un détail incroyable me sauta aux yeux : les chaussures ! Je rêvais ou Albert Einstein portait des sandalettes de gonzesse ? Je zoomai sur le personnage. Les nu-pieds de couleur claire étaient maintenus par une bride sur le devant de la cheville et laissaient apparaitre les orteils par un bout ouvert ourlé d’un liseré noir. Leur aspect typiquement féminin était frappant. Rien à voir avec un look stiletto, certes, mais ce soulier négligemment posé au pied d’un rocher peu escarpé conférait à son propriétaire une dégaine insolite. La chemisette manches courtes négligemment échancrée ne levait aucun doute. Quant au troisième élément vestimentaire, on avait peine à distinguer s’il s’agissait d’une jupe ou d’une sorte de large short plus ou moins proche du bermuda. En 1939, les tenues de plages n’étaient de toute façon pas vraiment folichonnes.

Cette photographie m’interpella de longues minutes. Albert Einstein aimait les femmes. Il n’a jamais été préoccupé par une quelconque dysphorie de genre, pas plus qu’il n’a, à aucun moment de sa vie,  exprimé un goût particulier pour le travestissement. La seule transformation qui l’obsédait était celle de ses intuitions en théorisations. Alors, quid de cet accoutrement équivoque ? Pour quelle raison le grand mécanicien de l’espace-temps, le chef d’atelier de la physique quantique et de la cosmologie s’autorisait-il des tenues et des attitudes qu’aucun de ses vénérables collègues de l’université de Princeton ou d’ailleurs n’aurait jamais osé se permettre ? Et bien tout simplement parce qu’il était le plus grand théoricien de son temps ! Et qu’il n’en avait strictement rien à cirer de ce qu’on pouvait penser et colporter dans son dos. Il avait résolu depuis belle lurette l’inéquation entre apparence et compétence, entre bienséance et intelligence. Principe élémentaire de science friction.

Finalement, peu importe la façon dont on choisit de se vêtir, l’essentiel est ce que l’on porte à l’intérieur. C’est aussi de savoir qui l’on est, de suivre son chemin et de s’y sentir bien. En cuissardes, en baskets ou en sandalettes. Tout le reste n’est que baratin, perlinpinpin et saint-frusquin. Merci, cher Albert, d’avoir apporté votre contribution jusque dans ce domaine à la fois accessoire et primordial. J’apprécie de vous avoir à nos côtés pour adresser un formidable pied de nez à tous ceux qui peinent encore à accepter les transformations de la société et notre transidentité. Me revient soudain en mémoire un ancien proverbe amérindien : « Avant de juger son frère, il faut avoir marché plusieurs lunes dans ses souliers ».
Une autre application de la théorie de la relativité.

4 thoughts on “THÉORIE DE LA RELATIVITÉ…

  1. Bonjour Brigitte,

    Étonnante concordance temporelle relativiste.
    J’allais te proposer un article sur le sujet des « sandals » d’Einstein. Samedi sur Arte, passait une émission sur l’épopée de la relativité générale.
    Et…
    Cette photo d’Albert en chaussures de femme m’a interpellée.
    Alors, j’ai cherché et trouvé.

    En deux mots, Einstein voulait acheter un « cadran solaire » (sundial, in english). Avec son accent germanique prononcé, le vendeur avait compris « sandale » (sandal, in english). Ce vendeur lui proposa la seule paire de sandales en taille 11, une paire féminine et Albert pour ne pas vexer l’homme, les acheta. Plus tard, le vendeur s’aperçut de sa confusion. Une grande amitié prit naissance entre eux. Et pour le fun le vendeur lui fournit tous les ans, une paire de sandales femme jusqu’à sa mort en 1955….
    (J’espère avoir bien traduit l’article ci-dessous, je suis germaniste et mon anglais reste très scolaire ! Brigitte, tu pourras me corriger.)
    https://www.neatorama.com/2015/11/24/The-Story-Behind-That-Classic-Photo-Of-Albert-Einstein-Sporting-Sandals-At-The-Beach/

    Pour ma part, j’ai malgré tout un doute, avec ces photos (androgynes) :
    http://www.abc.net.au/radionational/image/7395866-3×2-700×467.jpg
    https://amazing.zone/fotosblog/max/einstein-sin-calcetines-compressor.jpg
    https://i.pinimg.com/originals/23/2c/8d/232c8df019f6cdbdc42bf91a626116c5.jpg
    https://i2.wp.com/memolition.com/wp-content/uploads/2016/07/unserious-photos-of-albert-einstein-98376.jpg?resize=600%2C524
    https://www.hauteacorn.com/wp/wp-content/uploads/2016/07/albert-einstein-fur-slides.jpg

    Bisous à toutes et à tous, dans la calor du week-end.

  2. Bonjour.
    Nous aussi avons en France notre Einstein ; il se nomme JP Petit. Il serait temps que les français s’aperçoivent de son existence. Il commence à se faire vieux. À part avoir réécrit la théorie de la relativité avec cette fois 2 variantes, il propose un modèle Janus qu’aucun scientifique n’est capable de contredire (jusqu’à présent)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *