LARMES DE CROCODILE

NEYMAR  LA  PLEUREUSE

Ce n’est plus un footballeur. C’est une star de telenovela, une diva de téléréalité. Neymar la pleureuse, comme l’ont surnommé les gosses de mon quartier, a encore montré hier soir l’étendue de son agaçante hypocrisie. La grande équipe du Brésil affrontait la modeste formation du Costa Rica. Cette dernière, avec les moyens du bord, forcément limités, tint tête au géant auriverde pendant 90 minutes, et même un peu plus. La Seleçao commençait à trembler et à entrevoir le spectre d’un deuxième match nul après celui concédé face à la Suisse, lorsque Philippe Coutinho délivra son équipe et tout le Brésil en ouvrant la marque à la 91ème minute ! C’était déjà lui qui avait inscrit l’unique but brésilien face à la Suisse.

Et Neymar junior alors ? Qu’avait-il fait jusque là ? La même chose que lors du précédent match. Il avait joué perso et s’était plaint non moderato. Il s’était emmêlé les pinceaux dans des dribbles inutiles, des inspirations tuberculeuses, des contestations et des jérémiades incessantes… sans oublier des prestations scéniques dignes des plus illustres interprètes de la commedia dell’arte. Neymar est sans conteste le plus grand simulateur précoce de cette coupe du monde 2018. Il passe plus de temps à l’horizontale qu’à la verticale et doit connaître tous les secrets du microcosmos des pelouses de Russie ! Sa pathétique séance de larmes crocodiliennes ? Elle fit suite à un but tout cuit, dans le but vide du Costa Rica, à la 97ème minute ! Autant dire que cela ne servait plus à grand chose, sinon à prétexter une émotion déplacée à l’issue d’un match de poule qui n’aurait du être qu’une formalité pour un favori de coupe du monde qui se respecte.

Avec sa pantomime lacrymale de fin de match, spéciale dédicace à ses 195 millions de followers sur les réseaux sociaux, Neymar a finalement réussi à faire oublier le véritable sauveur de son équipe en ce début de compétition : Philippe Coutinho. Le Brésil n’est pas encore tiré d’affaire pour autant. À égalité de points avec la Suisse, il va devoir négocier un troisième match décisif face à la Serbie, le 27 juin prochain. Les faucheuses des Balkans seront probablement de sortie ce soir-là.
Neymar Junior n’a pas fini de pleurer.

4 thoughts on “LARMES DE CROCODILE

  1. Quand on voit tout ce que les rugbymen encaissent sans se rouler par terre !! Je rêve d’un match amical entre joueurs de foot et joueurs de rugby. On va bien rigoler !!

  2. Je suis de votre avis. Mais, tous les joueurs de foot ne sont pas comme cette chialeuse. Je pense à un poète, comme Isco, ou à philosophe, comme Iniesta, à un gladiateur, Ramos, un magicien, Silva, ou plus généralement, à une bande d’Artistes, comme celle qui avait rendu hommage à Mandela. Qui d’autre en aurait été digne? Pas la chialeuse en tous cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *