FIN DU FIN

THE  END  OF  THE  WEEK-END

Le retour d’un week-end prolongé est toujours un peu déprimant. Tout a passé trop vite. Ce qu’on voyait briller devant s’évanouit déjà derrière. Quand la voiture quitte la campagne verdoyante pour rejoindre, sous un ciel menaçant, la ville maussade et ses murs gris, monte alors un spleen irrépressible. Dans quelque pays que ce soit, on en revient toujours aux mêmes plaintes et nostalgies entonnées du fond du cœur. Avec cette traduction universelle : quelle vie de chien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *