ÉDITION PREMIÈRE !

LGBT  TALENTS

De gauche à droite : Christophe Girard, maire du 4ème arrondissement de Paris, Olivier Babinet, Global IT Finance Leader-GE Renewables Energy, Laurent Giet, directeur associé de McKinsey, Brigitte Boréale, journaliste, chroniqueuse au Grand Journal de Canal + et Antoine-Benjamin Lequertier, directeur marketing Europe du Sud chez Facebook.

Samedi 25 mars 2017 fera date parmi les initiatives événementielles de l’ESCP Europe, l’un des trois grands fleurons des écoles supérieures de commerce françaises, avec HEC et l’ESSEC. Sous l’intitulé LGBT Talents, cette journée de conférences et d’ateliers fut également un formidable espace d’échanges entre professionnels de grands groupes, politiques, activistes, représentants des sphères médiatique, juridique, informatique… avec les étudiants et les jeunes diplômés.
L’objectif premier :  débattre de la perception des LGBT en entreprise et des enjeux auxquels ils sont confrontés dans le monde du travail. De 10h30 à 20h30, tables rondes, déjeuner networking, ateliers thématiques, conférences interactives et cocktail de clôture ont fait filer le temps à la vitesse grand V.


Lors de la conférence « Réussir sa carrière en étant LGBT », de 15h30 à 17h00, j’ai même cru que l’on était déjà passé à l’heure d’été tant la discussion avec les intervenants et les échanges avec l’auditoire avaient été rythmés ! Contrastés et complémentaires, les témoignages se sont succédé avec une grande sincérité. Ils ont prouvé que les différences dans la différence entrent en concordance dès qu’elles sont expliquées, commentées, partagées, interconnectées. Elles font lien, elles font sens parce que chaque parole est reliée à une trajectoire, à des convictions, à des actes qui se sont imposés.  Imposés non par la force, encore que l’autorité et le combat soient peu ou prou nécessaires, mais imposés par une opiniâtreté à la fois singulière et plurielle, personnelle et altruiste. Chaque ligne de conduite devient un fil qui colore un canevas existentiel LGBT profitable à toute la société. J’ai regretté que le Grand Journal ait été brusquement déprogrammé quelques semaines plus tôt car l’ESCP aurait mérité d’être citée sur Canal + tant cet événement s’est avéré riche à tous points de vue. A fortiori, les chaînes Numéro 23 et Pink tv seraient bien inspirées de s’intéresser à la question tant il paraît évident que cette première édition en appellera d’autres d’ici peu. Un partenariat média serait tout à fait pertinent. De l’avis général, le potentiel et les perspectives de développement de cette formule sont plus que prometteurs. Il n’est d’ailleurs pas improbable qu’elle soit prochainement imitée par d’autres établissements, mais l’équipe organisatrice a d’ores et déjà placé la barre très haut. Il sera difficile de l’égaler.

L’ESCAPE Team. De gauche à droite : NC, Alexandre Toureh, Emmanuelle Campo, Thomas Cusson , Federico Boscolo et Timothée Varra.
Cette association organisatrice, qui s’appelle ESCAPE et qui regroupe les étudiant(e)s, professeurs et alumnis d’ESCP Europe intéressés par les thèmes de la diversité et de l’égalité, a accompli un travail remarquable en amont et tout au long de cette journée, pilotée de façon efficace et sympathique. Pas vraiment une surprise puisque, depuis plus de dix ans, Escape papillonne sur le champ relationnel afin de dégager un espace de liberté et d’échange pour tous ceux et celles qui souhaitent partager leurs expériences personnelles ou collectives.

De 17h00 à 18h00, la conférence de clôture, dont le thème était l’activisme LGBT, a permis l’intervention de deux autres personnalités transgenres : Stéphanie Nicot, présidente de la fédération LGBT depuis 2014 (également co-fondatrice de Transaid, devenue l’Association Nationale Transgenre) et de Chloé Avrillon, experte en informatique travaillant à la direction générale de l’Aviation Civile et fondatrice de l’association LGBT Rainbow Brest.

De gauche à droite :  Stéphanie Nicot et Chloé Avrillon.

Leur prise de parole mit en évidence leurs domaines d’expertise respectifs, mais aussi le fait que le troisième genre accroît sa visibilité dans toutes les strates de la société et prend aujourd’hui des responsabilités de plus en plus décisives au sein de la communauté LGBT, rattrapant ainsi le retard qu’il accusait il n’y a pas si longtemps vis à vis de ses homologues gays. Le tout avec cette petite touche de sensibilité féminine particulière qui n’enlève rien à la détermination mais fédère avec une belle empathie. L’un des étudiants a d’ailleurs souligné son étonnement, et sa satisfaction, d’avoir pu côtoyer autant de personnes transgenres lors de cette journée.

Cette ‘’transmutation’’ s’est poursuivie très tard, jusqu’à la fin de la fin du cocktail de clôture networking LGBT Talents. Ce fut l’occasion d’évoquer avec bon nombre d’interlocuteurs notre actualité GIGGN, cette campagne plus médiatique que politique qui parodie -si cela est encore possible- les élections présidentielles françaises de 2017 (voir sur ce blog les publications précédentes, notamment dans les rubriques 3e Genre et Cops’ Corner). Caphi et Giovanna, respectivement ministre de la culture et de l’excommunication et ministre de la défense désarmée au sein de notre gouvernement de transition, ont exposé nos aspirations avec un franc succès. La future présidente que je suis en fut presque jalouse. Il nous fut bien difficile de prendre congé. Les conversations se prolongèrent dans la cour de l’ESCP et même sur le trottoir de l’avenue de la République.

Ça aussi, c’est le secret et la marque d’un événement réussi.

  Caphi                                                                                           Giovanna

 


4 thoughts on “ÉDITION PREMIÈRE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *