LES PORTES DU SALON


UN VIL AGRESSEUR DE LA POLICE NEUTRALISÉ PAR DEUX VIGILES !


Qui se ressemble s’assemble. Des méthodes musclées contre la liberté de parole, une belle culture du mensonge pour justifier leur mauvais coups et l’arrogance matamore de ceux qui se croient des hommes mais le répètent trop souvent pour en être vraiment. Et ce grossier bobard : « Il agresse les agents de la police », dit avec le lourd aplomb de l’imposteur patenté, est un exemple d’absurdité et de bêtise crasse ! Depuis quand la police aurait-elle besoin d’un pseudo service de sécurité au rabais pour assurer la protection de ses agents et faire le boulot à sa place ?!!! Il faut le voir pour le croire.
Le Salon des Entrepreneurs de Paris a fort mal choisi ses partenaires lors de son édition 2017. Il se serait bien passé de la mauvaise publicité véhiculée par la vidéo présentée ci-dessus. Pour préserver son image et sa sécurité, franchement, il y a mieux que quelques gros balourds encravatés et une petite cheftaine hargneuse, tous très doués pour mettre de l’huile sur le feu. Et se donner en spectacle devant les objectifs des photographes et cameramen.

Paul Larrouturou, le journaliste de Quotidien lâchement pris à partie et illégalement expulsé d’un lieu public et d’un événement pour lequel il était dûment accrédité, est bien gentil de ne pas porter plainte contre ces rétrécis du cervelet. Avec les séquences enregistrées à l’appui, cela aurait été du billard pour son avocat. Toutefois, il est à craindre que les vrais responsables et donneurs d’ordre n’auraient pas été inquiétés. Ils auraient tout simplement niés leur implication directe et lâchés ceux qui leur ont obéi, comme ils se sont d’ailleurs empressés de le faire par la voix du directeur de campagne du FN cité à la fin du reportage. C’est finalement là le grand enseignement de cette navrante histoire. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, et dans certaines politiques, les incitateurs sont encore plus destructeurs. À chacun de bien réfléchir sur cette courte séquence télévisée qui en dit beaucoup plus long qu’il n’y parait. À chacun de bien réfléchir et de choisir son camp en connaissance de cause.

L’ironie du sort, avec ces vigiles peu vigilants quant à la liberté de la presse, c’est qu’ils ne se rendent même pas compte qu’eux-mêmes, ainsi que leurs amis et leurs familles, seront les premiers à être expulsés si le parti qui leur donne ses ordres ce jour là accède au pouvoir. Ils seront brutalement bannis avec le même type de prétextes fallacieux et mensongers qu’ils utilisent pour se justifier.  Ils chercheront alors des journalistes intègres pour se plaindre et dénoncer les actes indignes et déloyaux dont ils seront devenus les victimes. Les victimes consentantes, en un seul mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *