À COUTEAUX TIRÉS

PRÉMONITOIRE ?

13319868_1550554095241142_6363227584644665872_n

Invitée à dîner chez un ami proche la semaine dernière, j’avisai, sur le plan de travail de sa cuisine, un ustensile singulier. Remarquant mon regard intrigué et devinant ma perplexité, il me confia : « Original, cet accessoire non, tu ne trouves pas ? C’est un cadeau de ma future ex-petite amie. Notre rupture n’est pas encore consommée mais j’ai le sentiment qu’elle se doute de quelque chose… »

Je ne suis pas allée jusqu’au doctorat dans mes études universitaires de psychologie mais, sans grand risque de me fourvoyer, je ne lui ai pas caché que son interprétation me semblait, à première vue, assez pertinente. Voulant tout de même approfondir la question sans rester sur une première impression trop tranchée, je me risquai à lui demander, si cela n’était pas trop indiscret, les causes de leur séparation imminente après deux ans de vie commune. L’avait-il trompée ? L’avait-elle trahie ? La perspective du mariage ou de la parentalité avait-elle eu raison de leur passion ?

Rien de tout ceci apparemment. Selon lui, le véritable motif de leur désunion prenait source dans la téléréalité. J’hésitai : «  La téléréalité ? Je ne comprends pas vraiment. Vous avez participé à une émission débile qui a fini par vous éloigner l’un de l’autre ? C’est ça ?  » Mon ami s’esclaffa tout en terminant de hacher menu les oignons et les champignons destinés à accompagner la pintade farcie au menu du soir. Il poursuivit en me livrant le fin mot de son explication : « Au début, ma chère et tendre était accro à Secret Strory. Ça n’était pas bien grave et je trouvais même sa naïveté assez amusante. Ensuite, ce fut le Bachelor et l’Ile de la Tentation, puis les Chtis à Ibiza, les Marseillais à Miami… et pourquoi pas les Laguiolais à Tolède ?! Mon poste de télévision était saturé de botox sous-cortical et vérolé de testostérone lobotomisante. Je n’en pouvais plus. Quand elle décida de gaver le disque dur avec les enregistrements en boucle des Anges de la Téléréalité, ce fut le pompon ! Début décembre, elle m’annonça qu’elle voulait se faire gonfler les seins et les lèvres et que le cadeau idéal serait un séjour hors de prix dans une clinique spécialisée parisienne. Là, j’ai craqué. Je lui ai offert une pompe à vélo. Du coup, elle m’a offert ce magnifique porte-couteaux ! »

Ce fut à mon tour de partir dans un fou rire irrépressible. « Au moins, lui dis-je, vous n’avez pas perdu votre sens de l’humour, et je trouve ça plutôt réconfortant ». Peut-être même, subsistait-il une petite chance que cela sauve leur couple. Il m’arrêta tout de suite en excluant cette éventualité. « Un autre détail m’encourage à couper net notre relation, ajouta-t-il. La dernière fois que nous avons tenté de remettre les choses à plat et de nous réconcilier, elle m’a avoué, quoi qu’il lui en coûte, qu’elle ne renoncerait pas à certaines choses et que son idole resterait Nabilla ! »

Là effectivement, sans vouloir remuer le doute dans la plaie, j’ai concédé que les soupçons de mon ami paraissaient fondés. Et lui ai conseillé, avant que sa chère et tendre ne revienne chercher ses affaires,  de bazarder son curieux ustensile de cuisine sur un site de ventes en ligne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *