DIAGNOSTIC

Contagieux ou congénital ?

Un court métrage qui en dit long sur la condition humaine… Une matière inépuisable, condensée en huit minutes savoureuses, issues d’un tournage effectué en une seule journée ! Intitulé «Diagnostic», le résultat final emporta l’adhésion de publics très différents et fut primé lors de plusieurs festivals importants. Dialogues habilement façonnés et réalisation parfaite, distribution et répartition des rôles également, jusqu’à la toute dernière intervenante, faisant preuve d’une justesse remarquable dans son jeu et son sourire de circonstance. Rencontrée lors d’une projection privée dans un studio de Canal +, elle m’avait confié avoir pris beaucoup de plaisir au cours de cette petite aventure, à laquelle elle avait d’ailleurs participé gracieusement. Je l’avais félicité pour son interprétation et son sens de l’autodérision. Elle m’avait gentiment remerciée, tout en ajoutant avec un petit sourire entendu : « Il s’agissait d’un rôle de composition, bien évidemment  »…

One thought on “DIAGNOSTIC

  1. Altération majeure des fonctions connitives supérieures… Bon, faut déja se les farcir ces mots. Je n’ai rien compris. Pourtant, ça commençait bien. Je trouvais qu’il y avait du suspens, même si je n’aime pas trop les films d’hauteur. J’ai toujours préféré la plage à la montagne. Mais comme j’ai promis d’ouvrir mon esprit à d’autres horizons, je sais qu’il va falloir que je passe par des moments comme celui-ci… Enfin, que je passe, et surtout, que j’y comprenne quelque chose. Parce que là, rien ! Ou presque… J’ai bien vu qu’il était question d’un couple d’alpinistes, et que le gars en face pouvait-être un conseillé conjugal. Alors que c’est un toubib qui annonce un maladie incurable et certainement contagieuse à son patient, qui soit dit en passant, a une femme, plutôt méchante. Elle doit le tromper, c’est certain. Toujours est-il, que mis à part ça, tout le reste est beaucoup trop technique, et je n’ai pas fait médecine au lycée. Voilà, c’est tout. Ah non! J’oubliais ; pourquoi la mère du « Bachelor » est dans la salle d’attente ? C’est bête qu’ils aient coupé, juste quand elle allait entrer. Ça aurait peut-être été plus intéressant à partir de ce moment. Enfin, c’est mon avis, mais il faut que je me dépêche si je veux ouvrir plus encore mon esprit, parce que, parait-il, le temps ne fait rien à l’affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *