TROIS QUARTS DE SIÈCLE

JOYEUX  MAMYVERSAIRE  NICOLETTA


Mamy Blue” ne fut pas son premier tube. Cette chanson, qui fit un véritable carton en 1971, fut précédée dès 1967 par un premier succès intitulé “La musique”, puis un deuxième tube : “Il est mort le soleil”, dont les paroles étaient signées Pierre Delanoë. En 1970, la confirmation s’intitula “Moi, ma vie c’est un manège”, mais ce Mamy Blue qui déboula sur les ondes un an plus tard demeure éminemment caractéristique d’une voix et d’une vibration particulière. Un talent évident qui mènera la chanteuse tout droit à l’Olympia dès 1975 et permettra par la suite l’avènement de chansons telles que “Fio Maraviha”, “Les volets clos”, “À quoi sert de vivre libre ?” ou “Idées Noires”, en duo avec Bernard Lavilliers.

Nicoletta, alias Nicole Grisoni pour l’état civil, est née le 11 avril 1944 à Vongy, en Haute Savoie. Ces trois quarts de siècle la font définitivement basculer dans le camp des mamies sans en redouter le blues. Son “Mamy Blue”, justement, est un must du genre. On y sent une profondeur sage et mélancolique, un vibrato grave et sensible. De nombreuses autres versions existent, notamment celles de Demis Roussos, Dalida, Céline Dion, Julio Iglesias, le Golden Gate Quartet, les Poppys, etc… mais la sienne est vraiment à part. Elle a bercé pas mal d’histoires sentimentales et nous revient aujourd’hui, comme un formidable cadeau de son interprète pour ses 75 ans !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *