HAIR

CHEVEUX  DANS  LE  VENT

La première fois que mes cheveux m’ont chatouillé les idées, ou vice versa, c’était en 1966. Les filles avaient des couettes et les garçons étaient coiffés à la cosmonaute ! C’est dire si on était bien dégagé au-dessus des oreilles !

Un mec chantait : « Ma mère m’a dit Antoine, fais-toi couper les cheveux. Je lui ai dit, ma mère, dans 20 ans si tu veux ! » Oh yeah ! Scandale !
Comment pouvait-on parler ainsi à sa mère ! Et refuser le coupe-tifs ! La faute à des jeunes Anglais siphonnés et des voyous américains dépravés : Beatles et Beatniks, à mettre dans le même panier de jeunes chevelus débraillés et contestataires.

Cette fameuse coupe Beatles qui déclencha tant d’indignation au début des années 1960 paraît bien anodine aujourd’hui. Elle était néanmoins déclarée subversive au possible et certains rockers figuraient au rang de ses ennemis, préférant continuer à se lisser la banane plutôt que de risquer de paraître efféminés. Avec “Cheveux longs et idées courtes”, Johnny Hallyday n’était pas à une connerie près puisqu’à l’époque il refusa d’engager les mêmes Beatles comme groupe rock d’accompagnement. De quoi se les arracher !

Dans mon école de campagne, les garçons aux cheveux longs étaient déclarés indésirables. J’ai demandé pourquoi à mon instit. J’ai pris dix coups de règle sur les doigts. Le jour même, on étudiait Vercingétorix et les Gaulois… Notre enseignant tortionnaire nous vanta le courage et la fière allure du chef arvenne. Je me suis demandé ce qui n’allait pas dans la caboche de notre maître d’école ? J’ai mis ça sur le compte de sa calvitie naissante.

Mais j’avais vachement mal aux doigts et je n’ai pas voulu la ramener à nouveau. Un peu plus tard, quand on aborda la mythologie gréco-romaine, ses dieux, demi-dieux et héros à la chevelure opulente, je ne pus réprimer un malin sourire. Paf ! Trois heures de colle pour gominer mon insolence ! Ça commençait vraiment à bien faire, mais pauvres collégiens que nous étions, nous n’avions toujours pas le droit de caresser l’espoir d’une quelconque extension capillaire, aussi timide soit-elle.

Pas grave. À la récré, s’il manquait un indien à mes copains cow-boys, je me glissais allégrement dans le camp des guerriers imberbes au cheveu long et à l’élégance sauvage, avec ou sans les plumes. Je connaissais par cœur le nom des grands chefs et toutes les tribus me fascinaient, excepté peut-être les Iroquois. Parfois, on improvisait aussi des combats à l’épée, comme les Mousquetaires ! Et c’est tout de même pas la faute à McCartney si D’Artagnan et ses potes (un sacré quatuor eux aussi) arboraient une crinière à la Frank Zappa !

Du coup, on était raccord avec toute la noblesse de France, de Navarre, et d’outre-Manche, qui se perruqua durant des siècles pour se la jouer hyper hype. Le maître perruquier de Louis XIV prétendait que cela faisait rajeunir. Franck Provost et Jacques Dessanges ont repris l’argument à leur compte, décolorations à l’appui. Le cheveu long source de jouvence ? Une théorie très relative, que la science n’a pourtant jamais démenti.

En réalité, si la fonction physiologique du cheveu est de protéger la boîte crânienne des chocs physiques ou thermiques, son aspect général et son agencement particulier ne sont pas que pure esthétique. Ils représentent une arme, pour ne pas dire un arsenal, de séductions lascives ou lacées, ainsi qu’un pouvoir symbolique fort. Le cheveu long a joué un rôle capital dans la vie d’hommes illustres, à la manière d’un code plus ou moins apparent et insistant sur tel ou tel aspect.

Ce code devint si universel qu’il fut décrypté et adopté par toutes les sociétés. N’en déplaise aux raseurs de tout poil, le cheveu long continue de pousser avec vigueur sur les six continents. Il est symbole de liberté et d’indépendance (on rasait les esclaves et les prisonniers). Il est symbole de force et de puissance, la légende de Samson et Dalila est éloquente. Il est symbole de rébellion et même de révolution. Hasta la victoria, siempre ! Peu importe si ça finit mal, en général.

Il peut être aussi symbole de générosité, d’intégrité et d’altruisme, y compris dans des domaines où la compétition est permanente. En leurs temps héroïques, malheureusement bien révolus, une illustration parfaite en fut donnée par des phénomènes tels que Bjorn Borg et Johan Cruyff. À l’évidence, le XXI° siècle n’est plus sur la même longueur d’ondes. Les profiteurs et les raseurs de tout poil sont de mèche pour couper l’originalité en quatre, mais aucune tendance n’est permanente.

Le cheveu long restera en tête des hit parades de ceux qui contestent mais qui rallient aussi. Il noue des liens. Il tisse des passerelles qu’on ne peut couper car comme lui toujours elles repoussent. Il l’a prouvé par le passé. Oui, le cheveu long permet des extensions singulières. Celle que le mouvement hippie a tressé dans les années 1970, autour de revendications sociales et philosophiques, a bouclé une boucle de 2000 ans, en reliant de façon troublante le charisme de figures religieuses et d’artistes athées vers un même engagement pour la non violence et la paix dans le monde.
L’habit ne fait peut être pas le moine mais le cheveu attife le prophète.

4 thoughts on “HAIR

  1. Petit souvenir de mon service militaire à Briancon au 15/9. Que de larmes dans les yeux de ces futurs guerriers sitôt arrivés sitôt tondus. Adieu belle crinière ; coupe à zéro pour tout le monde. Bisous les filles

    1. Merci Dany pour ce lien qui constitue un complément parfait à cet article. En parlant de lien, j’espère qu’on pourra croiser à nouveau nos chemins un jour, au cœur de Paris ou au centre de la France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *