WALK OF LIFE

LE  CHEMIN  DE  LA  VIE

Plus ça va, plus je me méfie de la rubrique “anniversaire”. Je vais finir par me détourner systématiquement de cette machine à délaver les illusions. Sans aucun ménagement, elle vient d’essorer une ribambelle de souvenirs en m’annonçant sèchement que l’ami Mark Knopfler joue désormais dans le camp des septuagénaires ! Un instant incrédule, j’ai rapidement dû me rendre à l’évidence : naissance à Glasgow, en Écosse, le 12 août 1949. Le compte y est : 70 balais pour celui que je n’ai pas vu vieillir tant j’étais occupée à l’écouter !

Fondateur du groupe Dire Straits en 1977, il proposa dès le départ un style particulier, en complète opposition au disco qui avait ravagé le milieu des seventies. Dans un registre blues-country-rock très flexible, avec un jeu de guitare délicieusement ambivalent, tantôt vif et nerveux, tantôt coulé et aérien, Mark Knopfler est de ces musiciens qui laissent une empreinte caractéristique de par leurs créations et leurs interprétations. De 1993 à aujourd’hui, il a poursuivi son bonhomme de chemin avec une carrière solo qui le porte là où il veut, quand il le veut, comme il le veut. Balade plus apaisée après le tourbillon endiablé. Cela ne l’a pas empêché de sortir un vingtième album fin 2018, intitulé “Down the Road Wherever”, confirmant une certaine sérénité. Et aussi un autre swing de l’esprit :  « Plus je vieillis, plus je suis productif. Peut-être parce que je n’ai plus à courir dans tous les sens… Ce n’est en aucun cas de la nostalgie. Mais cette notion de temps, de perspective, est de plus en plus intéressante àmesure que tu vieillis. Tu regardes et abordes les choses en permanence à travers un autre prisme. C’est aussi une façon d’expliquer ou de rappeler que, si les temps changent, les gens, eux, ne changent pas, n’apprennent souvent pas grand-chose du passé. Ce genre de constat nourrit forcement un songwriter qui se penche sur toutes sortes de sujets. »

La boucle n’est pas encore bouclée mais les accords répondent à de nouvelles convergences. «  There’s just a song in the trouble and the strife. You do the walk. You do the walk of life » (C’est juste une chanson à travers troubles et conflits. Tu fais le chemin. Tu fais le chemin de la vie) martelait en 1985 “Walk of Life”,  l’un des plus grands tubes de Dire Straits. Le tout premier hit du groupe, celui avec lequel Mark Knopfler alluma la mèche, est devenu un véritable classique : “Sultans of Swing”. Ayant influencé  un nombre incalculable de guitaristes depuis quatre décennies, il est livré ci-dessous dans sa version de 1979. “Brothers in Arms” fut un autre jalon gigantesque, légué par Mark Knopfler dans une veine plus mélancolique, avec une résonance anti-militariste à la Pink Floyd, dans le ton et dans l’esprit. La version proposée ci-dessous date du passage de l’artiste à Bordeaux, le 6 mai 2019… Quarante ans relient ces deux versions. On est passé de la Fender à la Gibson, mais la vibration et le doigté n’ont pas changé. Pourquoi en aurait-il été autrement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *