ENTUBAGE OU…

ENFUMAGE  À  LA  POMPE  ?

En 2010, les radars automatiques rapportaient 582 millions d’euros à l’État. Cinq ans plus tard, en 2015, ce montant était passé à 789 millions, puis 940 millions en 2016 ! L’année 2017 marqua le franchissement de la barre du milliard (1.013,2 très exactement, selon Les Échos – Source : Direction du Budget). Avec un parc d’environ 4.500 radars et une augmentation constante des dispositifs de contrôle de vitesse automatiques, la tendance devrait accentuer une forte hausse pour 2018. Le passage aux 80 km/h sur le réseau national aggravera encore le phénomène.

Pour corser l’addition, on nous ressert à présent le coup (et le coût) de l’augmentation soit-disant inévitable du carburant à la pompe. Cette expression est plus explicite qu’on ne le pense : ce n’est pas à la sortie du puits de pétrole mais bien à la pompe que le consommateur paye la note. Entre les deux, ont lieu les tours de passe-passe, et de passe-taxe, des intermédiaires et des gouvernements. Il y a toujours un emplâtré de service pour justifier la douloureuse. Le prix du baril n’a pas connu de hausse importante depuis une dizaine d’années ? Qu’à cela ne tienne : on invoque une variation défavorable du taux de change euro-dollar !  Sans parler des changements de cap à 180°, comme pour tous ces professionnels ou particuliers que l’on a encouragés à s’équiper de véhicules diesel pour leur conseiller exactement le contraire un peu plus tard, en alignant le prix des carburants au même niveau.

Les prochains centimes d’augmentation risquent fort de faire déborder la vase partout en France.  Pour beaucoup, ce coup de pompe prend des allures de coup de grâce à l’encontre d’un budget auto hautement inflammable, et véritablement intenable. Des initiatives diverses font remonter la grogne sur internet, telle une pétition sur le site change.org (cliquer sur le lien grisé pour y participer), qui n’a eu aucun mal à atteindre les 400.000 signatures en quelques jours à peine. Le samedi 17 novembre 2018, un mouvement de protestation nationale prévoit de bloquer les routes dans tout le pays afin de montrer au gouvernement une réelle détermination à aller plus loin si nécessaire. Les automobilistes en ont ras-le-bol, à défaut d’en avoir ras le réservoir. L’enfumage, ou l’entubage à la pompe, ça commence à bien faire. Nos dirigeants, qui ne payent ni les contraventions, ni les péages, ni les litres d’essence, ni même leurs voitures, feraient bien de se méfier. Un blocage prolongé du réseau routier aurait des conséquences bien plus graves qu’une grève ridiculement perlée du réseau ferroviaire. Ce pourrait être l’étincelle capable de transformer le gouvernement Macron en gouvernement cramé.

3 thoughts on “ENTUBAGE OU…

  1. Bon,les radars c’est déjà de l’anachronisme ; je vous propose le radar embarqué qui, suite à une infraction routière détectée par l’ordinateur de bord, vous prélèvera automatiquement sur votre compte bancaire le montant de l’amende.
    Après nous avoir imposé l’hybride et l’électrique, je prévois une flambée du prix du kilowattheure et une petite taxe pour le recyclage des batteries reconnues très nuisibles pour la nature.
    Bref on l’aura d’une manière ou d’une autre très profond. Et ce jour là on taxera la vaseline au prix fort. Bisous les filles

    1. Bon, vu ce que dit Angelle, je cours à la pharmacie acheter une palette de vaseline. Et pas de problème, je suis prêteur . Bises…….à toutes et à tous !!

  2. Moi je dis ras le bol. Pour rester correcte. En vivant à la campagne, en province comme disent joliment les parisiens qui entre nous en viennent comment voulez vous faire ? Comme d’hab on paye pour la ville. En plus on vous supporte le WE ! Merde alors.

Répondre à Angelle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *