VUES IMPRENABLES

CONTRE-PLONGÉE

De son lieu de vacances méditerranéen, un ami me téléphona avec d’irrépressibles trémolos dans la voix. Lors de son arrivée à l’hôtel, au réceptionniste qui lui avait demandé : « Vous avez bien réservé une chambre avec vue sur la mer ? », il avait répondu : « Si je peux avoir la vue sur la fille par la même occasion, ça sera parfait ! »

Cet ami a toujours cru être très spirituel. Où qu’il aille, il ne peut s’empêcher de la ramener et de faire le malin dès les premiers instants. Il m’expliqua cependant que ses désirs furent exaucés au delà de toute espérance. Le balcon contigu à sa location était celui d’une suite fort luxueuse qui abritait une créature de rêve. Cette dernière ne se privant pas d’allées et venues langoureuses pour s’exposer aux douces caresses du soleil, son voisin mon ami ne se lassa pas d’admirer le paysage et ses perspectives fluctuantes en fonction d’une luminosité à nulle autre pareille.

Ce séjour idyllique aurait pu se prolonger dans une béatitude éternelle si, dès le lendemain matin, une visite inopinée n’était venue perturber le réveil de notre ami. De très bonne heure, il entendit frapper à sa porte avec une méchante insistance. Le terme frapper relève de l’euphémisme tant les vibrations sonores, transmises du double battant jusqu’au chambranle, étaient retentissantes. Le sommeil fracassé, l’œil plissé et le cheveu ébouriffé, il alla ouvrir en imaginant vaguement une catastrophe imminente, une méprise conjugale, un exercice d’évacuation des lieux…

Il s’avéra qu’il s’agissait un peu des trois. C’est du moins ce que lui expliquèrent très fermement deux molosses à lunettes noires, précisant que leur patron, d’origine corse ou sicilienne (mon ami ne se rappelle plus très bien de certains détails, étant donné les circonstances assez inhabituelles de cet avertissement matinal), voyait d’un très mauvais œil celui jeté par d’autres sur un panorama lui étant exclusivement réservé. Cette sommation expresse, délivrée avec une force de persuasion glaciale, était assortie d’une option unique, simplissime et non négociable : un départ rapide et effectif avant midi !

Ce fut donc le séjour de vacances le plus bref que notre ami n’ait jamais expérimenté dans toute son existence. Il avait tout bonnement oublié que parfois, aussi magnifiques soient-elles, certaines vues sont imprenables. Véritablement et définitivement imprenables.

One thought on “VUES IMPRENABLES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *