CANNES BANCALES

CANNES   ARCANES


Quand on ne tient pas sur ses cannes, on ne se risque pas à faire son cinéma sur les marches du plus célèbre festival au monde. C’est la leçon que retiendra peut-être l’échassière bien maladroite, qui, depuis mardi 8 mai 2018, a fait le tour de la toile en un temps record. Sa prestation déplorable est résumée en une minute dans la vidéo ci-dessus. Parmi le public, on a entendu des « Oh la la… la pauvre » ! Évidemment, les nanas compatissaient. Évidemment, les photographes flashaient. Et évidemment, les mecs rigolaient.  Et pour une fois, je me suis rangée à leurs côtés.  Parfaitement. Il n’y a pas de “Oh la la… la pauvre” qui tienne ! Cette tricoteuse  de guingois n’avait aucune circonstance atténuante. Elle savait où elle allait. Personne ne l’a prise par surprise, du moins pas cette fois, et elle avait tout le loisir de répéter auparavant une montée des escaliers pas si compliquée que cela à négocier.

Si elle avait eu un tant soit peu de jugeote, elle aurait pu, elle aurait dû tester sa robe et ses souliers bien avant, dans une situation analogue. Elle avait des jours et des semaines pour y penser. Elle se serait alors immédiatement rendu compte de l’inadéquation de l’ensemble, et aurait pu choisir un autre tenue, plus appropriée. Cela dit, la tenue en question n’était pas aussi handicapante que certains l’ont pensé ou écrit. La toilette glamour, au joli contraste bleu et noir, était certes dotée d’une traîne volantée très voyante, mais devant, cette robe bustier était fendue ras-le-bonbon, ce qui facilitait les déplacements et ne compromettait en rien une progression harmonieuse. D’autre part, ses chaussures étaient un modèle compensé à bout ouvert, dont le large talon carré et la semelle épaisse ne cambraient pas le pied outre mesure. À moins d’être cocotte débutante, ou godiche éméchée, cela ne constituait donc pas un obstacle insurmontable à une élégante évolution sur tapis rouge.

En étant attentif aux premières images, on s’aperçoit que la potiche avait bien mal négocié son approche. Elle avait déjà tout faux dès le départ. Sa première erreur fut de tenter un selfie avant d’entamer son ascension catastrophique. Un responsable du service d’ordre, très discret mais très rigoureux, l’invita aussitôt à ranger son smartphone dans sa pochette en lamé, qui, apparemment, ne contenait rien d’autre, pas même une trousse de maquillage. Visiblement la donzelle n’était pas au parfum du règlement cannois 2018. La direction du festival a en effet décidé de lutter fermement contre la “selfish engeance”. Cette calamité narcissique a donc été bannie de la scène et de l’avant-scène artistique. Si seulement les instances sportives, CIO (Comité International Olympique) en tête, pouvaient s’inspirer de cet exemple. Nous aurions à nouveau droit à des cérémonies d’ouverture dignes de ce nom et des remises de trophées un peu moins ridicules.

Démarche et des marches. Tout le problème est là. Celles que l’on doit dompter et celle que l’on doit adopter. Sans se prendre les pieds dans le tapis… à moins que ? Un doute m’assaille tout à coup. Et si la greluche n’en était pas une ? La garce aurait-elle pu tromper tout son monde, et nous aussi par la même occasion, à la seule fin d’être la star d’un jour (voire un peu plus) et de se faire remarquer du plus grand nombre ? Il faut être culotté mais le défi n’est pas insensé pour qui veut à tout prix accéder à son quart d’heure de célébrité. Et, peut-être, par ricochet, à un second objectif plus ou moins avoué. Je suppute soudain un coup de Jarnac dans la dentelle.  « Les Asiat sont très fortes pour cela ! » me lance ma copine Chantal, qui en est à son 33ème visionnage de la séquence. « Avec leurs airs de ne pas y toucher et de se poser en victimes, elles t’embarquent dans n’importe quel délire si elles en ont envie. T’as qu’à voir leurs films X. Elles font “Non, non, non…” mais elles jouent vite fait les poupées hyper gonflées. Elles pleurnichent toujours au début. Elles poussent des petits cris aigus qui, entre parenthèses, excitent beaucoup plus qu’ils ne découragent, et elles finissent par faire des trucs de ouf, auxquels nos hardeuses n’auraient même jamais pensé ! Et ben là c’est pareil. Je te parie que cette poule n’est pas une dinde. C’est même tout le contraire ».

J’adore Chantal. Ses avis sont tranchés et ses observations souvent sensées. Mais là, tout de même… Je réfléchis. Nous regardons à nouveau la vidéo. Objectivement, sa tenue, talons compensés inclus, n’est pas de celles qui entravent le plus (et pour ce qui est d’être entravées, nous en connaissons un rayon). Donc, aucune raison de chanceler ainsi et de finir au tapis. C’est aussi peu vraisemblable que la blessure de Neymar au PSG, une improbable entorse-fracture qui fait se tordre de rire le corps médical. Footballeurs et allumeuses excellent dans l’art de la simulation. Ces personnes savent habilement piper les dés. Pour la 71ème édition de l’événement cinématographique, l’étrange affaissement de la brune inconnue sur les marches du palais des festivals à Cannes est-il un chef d’œuvre de mystification-séduction, le tout sans même avoir à sortir un sein d’un décolleté faussement capricieux ?  Franchement, si c’est ça, chapeau l’artiste ! Cela mériterait sans conteste la palme d’interprétation féminine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *