UNE DE PLUS, UNE DE MOINS ?

SÉRIE TV TRANSITOIRE

La première minute de la série télévisée n’était pas encore diffusée que le débat était déjà lancé… Initiative intéressante ou énième tentative décevante ? Lundi 7 mars 2017, TF1 diffusait une fiction intitulée Louis(e) dont le thème oscille entre trans-identité et transsexualité, la nuance apparaissant aussi floue sous la plume des scénaristes que celle des critiques.

Premier constat : ces deux premiers épisodes ont été suivis par 4.3 millions de téléspectateurs, soit environ 20 % de parts d’audience, devant Indiana Jones et le Royaume du Crâne de cristal sur M6 (3.6 millions) et les derniers épisodes de la série Castle sur France 2 (3.4 millions). Que la thématique transgenre intéresse le grand public, pas toujours pour les bonnes raisons, n’est pas une découverte. Qu’une chaîne commerciale telle que TF1 décide de se faire l’écho de cette cause, peut-être pour de moins mauvaises raisons qu’à l’accoutumée, n’est pas à négliger. Plus on parlera des transgenres dans les mass-medias, plus large sera le public informé.

Toutefois, quelques doutes persistent. Les arcs narratifs très prévisibles, plusieurs clichés et incohérences au niveau des personnages et des situations dévoilent d’emblée quelques failles de taille. Les auteurs se sont-ils entourés de personnes idoines pour écrire leur scénario ? La question du genre n’est jamais facile à traiter. L’image du transgenre demeure encore brouillée par des stéréotypes hyper-médiatisés qui ne rendent pas compte de la multitude de ses variantes. Pourtant, chaque trajectoire est particulière. Les plus révélatrices sont souvent les moins visibles. Certes, on évite ici le bois de Boulogne et la cage aux folles, mais aborde-t-on le sujet dans toute sa profondeur et son émotion ? Dans toute sa transitivité aussi, au sens mathématique du terme : propriété de certains groupes agissant sur un ensemble ? La démonstration n’est pas probante après les deux premiers épisodes. Elle demande d’autres développements que l’on espère de tout cœur.

De gauche à droite : Pascale Ourbih, Stéphanie Michelini et Marie France Garcia.

Les critiques les plus acerbes se sont portées sur le choix de l’actrice incarnant le rôle principal. Claire Nebout est une actrice confirmée, c’est entendu. À plusieurs reprises elle a exploré le registre androgyne, notamment dans le film Beaumarchais l’Insolent d’Édouard Molinaro, où elle campait dès 1996 un chevalier d’Éon intrigant. Mais avec Louise, la belle innovation n’aurait-elle pas été de confier le rôle titre à une artiste transgenre plutôt qu’à une comédienne cisgenre ? Le pari n’était pas si osé et le casting pas si aléatoire. D’autres l’ont réussi dans le domaine du cinéma, de la mode ou de la musique. Aux USA, les séries télévisées ont justement révélé des talents transgenres tels que Laverne Cox (Orange is the New Black) et Jamie Clayton (Sense 8). La France n’est pas une friche aride dans ce domaine. Rien qu’à Paris, trois artistes remarquables aurait pu prétendre au rôle de Louise. Pascale Ourbih, remarquée en 2001 dans Thelma de Pierre-Alain Meier (et par ailleurs assez proche, physiquement parlant, du type Claire Nebout),  Stéphanie Michelini, prix Michel Simon en 2004 pour son interprétation dans Wild Side de Sébastien Lifshitz et Marie France Garcia, chanteuse gazoline de la première heure ayant joué Duras et Miller au théâtre avant de tourner avec Téchiné dans Les Innocents.



Toutes trois ont fait leurs preuves par le passé. Les producteurs ont sans doute manqué, avec l’une d’elles ou avec une nouvelle révélation du troisième genre, l’occasion rêvée de se démarquer et d’affirmer une originalité qui devrait être une évidence en 2017. Pourront-ils ou voudront-ils rectifier le tir ultérieurement si la série perdure ? L’arrivée de personnages nouveaux, à condition qu’ils ne soient pas secondaires, constituera ou non un élément de réponse intéressant. Ce serait aussi le moyen idéal de varier les effets et de rehausser l’ambition du propos. Sans forcer le trait ni basculer dans le sensationnel. Le pavé des bonnes intentions est parfois glissant, surtout en talons aiguille.

Ultime détail, qui n’en est pas vraiment un : Louis(e) n’est pas le titre le plus judicieux qui soit. En faisant grincer la craie là où ça fait mal, on ne souligne rien de bien. Au contraire, on insiste lourdement sur une conjugaison maladroite qui confine à une discrimination peut-être pas intentionnelle au départ mais très présente en sous-texte au final. Jouer sur les mots quand ils s’imbriquent dans les maux est une articulation perverse. C’est contre-productif en tous points, un peu comme ces écrivains qui en font des tonnes au lieu d’aller au plus simple, et qui lassent le lecteur au lieu de le séduire. Si le but du jeu est d’aboutir à l’acceptation des genres quels qu’ils soient, inutile d’écrire les choses en gras ou en italiques, entre guillemets ou entre parenthèses. De grâce, épargnez nous ces carcans qui nous excluent ou nous enferment dans des compartiments que nous n’avons pas choisis. Envoyez-nous d’autres signes que cette ponctuation triviale où la parenthèse ouvrante est toujours suivie de la parenthèse fermante.
Et pour une fois, inversez la tendance.

} BB {

 

 

One thought on “UNE DE PLUS, UNE DE MOINS ?

  1. Bonjour Brigitte ,bonjour les filles. J’ai bien aimé l’approche faite sur la trans identité, mais je rejoins ton point de vue sur le choix de l’actrice principale, ce qui n’enlève nullement les qualités d’acteur à Claire Nebout, mais le choix d’un acteur trans genre s’imposait, à mon humble avis. Bisous les filles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *