TOP SECRET

STATIONS  ORBITALES

10505190_387991961356239_3684179877409077902_o © Dessins Dany

Depuis samedi 19 novembre 2016 à 22h58, la capsule Soyouz (avec le Français Thomas Pesquet à son bord) s’est amarrée à la Station spatiale internationale (ISS), qui tourne autour de la terre à la vitesse de 28.000 km/h, à environ 400 km au dessus de nos petites têtes.

Parti du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, le lanceur russe a soulevé ses 310 tonnes avec l’aisance de la bise hivernale emportant les flocons de neige déjà nombreux en cette contrée glaciale. Actuellement seul dispositif capable d’acheminer des hommes en orbite basse, le Soyouz est issu d’une longue lignée dont la conception remonte aux années 1950, mais qui demeure d’une fiabilité exemplaire. La capsule SM-03 du vaisseau spatial mythique a donc à nouveau rempli sa fonction de façon remarquable à la pointe de l’exploration de l’espace.

Si la communauté russo-européenne est dithyrambique sur cette nouvelle prouesse, certains observateurs et décideurs américains ont du mal à dissimuler leur jalousie. Il se chuchoterait en haut lieu que les USA, piaffant d’impatience de reprendre la suprématie dans la conquête de l’espace, seraient prêts à tout pour recouvrer leur prestige d’antan. L’avènement  à la présidence de Donald Trump aurait même déjà provoqué quelques changements dans l’accélération des nouveaux programmes de recherche et des remaniements à tous les postes. Certains chercheurs en pointe de l’innovation technique et scientifique auraient déjà livré le fruit de leur cogito révolutionnaire et de nouveaux prototypes seraient déjà en cours d’expérimentation…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *