MANNSCHLAGUE

DEUTSCHLAND  UNTER  ALLES

L’Allemagne éliminée de la coupe du monde 2018 dès le premier tour ! Elle avait pourtant fière allure, cette formation teutonne que les pronostiqueurs classaient parmi les favoris de la compétition. En la terrassant sur le score de 2 à 0, mercredi 27 juin, l’humble Corée du Sud lui a taillé un short qui a pris des allures de string outre Rhin. Le Mexique avait déjà tranché dans le vif du sujet en s’imposant 1-0 lors d’une entrée en lice qualifiée de simple accroc accidentel par certains. Finalement, les illusions des supporters allemands ont rétréci au lavage mexicain puis à l’essorage coréen. Cette double mannschlague détricotera peut-être un jeu dépourvu d’inspiration pour lui donner dans le futur une nouvelle impulsion, beaucoup plus séduisante.

JAMAIS TROIS SANS QUATRE

La déconvenue allemande renforce ce que beaucoup ont déjà nommé “la malédiction des tenants du titre” dans la coupe du monde de football version vingtième siècle. Ce sont les Français, champions du monde en 1998, qui ont inauguré cette tendance dès 2002. L’invincibilité des Bleus semblait alors évidente avec dans leur rang un Zinédine Zidane considéré comme le meilleur numéro 10 au monde, épaulé par les trois meilleurs attaquants du moment : Thierry Henry, meilleur buteur d’Angleterre, David Trézéguet, meilleur buteur d’Italie et Djibril Cissé, meilleur buteur français. Les tricolores ne réussirent pourtant pas à s’extraire d’un groupe où figuraient le Sénégal, l’Uruguay et le Danemark !
Vainqueurs en 2006, les Italiens furent éliminés dans les mêmes circonstances en 2010, ne parvenant pas à sortir de la poule composée avec le Paraguay, la Slovaquie et la Nouvelle-Zélande.
L’Espagne connut le même sort lors de l’édition suivante. Tenante du titre 2010, et double championne d’Europe, la Roja abdiqua dès le premier tour, face à l’Australie, aux Pays-Bas et au Chili.
Victorieuse en 2014, l’Allemagne vient donc de confirmer l’hypothèse de la malédiction en terminant dernière d’un groupe supposé largement à sa portée, derrière la Suède, le Mexique et la Corée du Sud.

6 thoughts on “MANNSCHLAGUE

  1. J’ai l’impression d’être un tantinet obsédé par le foot. Les gens que je croise me parle de score, de qui va gagner, du V.A.R. etc, etc.
    L’autre jour, j’ai rencontré un copain, qui, enfin, c’est ce que je croyais, n’allait pas me parler de football. J’avais juste oublié que ce gars, était vraiment un obsédé du ballon pied. Pourtant, d’emblée, il me parla de son épouse;

    – » François, me dit-il. Ma femme m’a quitté. Elle prétend que je ne m’intéresse qu’au foot ! Que j’en veux, le matin, le midi, le soir, la nuit ».

    -« Mais… Si je ne me trompe pas. Lui demandais-je; Ça fait un bail que vous êtes ensemble non » ?…

    – » Je veux oui ! Quatorze saisons » !

Répondre à Bio Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *