PHOTOGRAFFEUR

“  Mickey  ce  qui  se  passe  ?  ”


J’ai un très bon ami qui s’appelle Fabien Darley. C’est un excellent dessinateur, graphiste et photographe. Les images l’inspirent. Elles l’aspirent aussi, dans un univers dont le commun des mortels n’a pas souvent les clefs. Lui, avec son petit air de ne pas y toucher, a dégoté un passe qui ouvre les perspectives des images aux mots et des mots aux images. Cela marche dans les deux sens. Arrêt sur image, écrémage, filmage, reformatage et renommage. Il légende à propos ou en décalage, ajoutant la malice du (bon) mot au délice de l’image. Ce photocomposteur de l’instant est un illustracteur de l’ailleurs. Témoin cette photo et sa légende. On est fasciné plus qu’amusé. On est aspiré à notre tour dans une spirale hélas trop brève, en forme de point d’interrogation. À quoi joue le hasard ? Où court donc ce souriceau noctambule ?  Trouvera-t-il Minnie à 14 heures ? Raconte-nous vite la suite de l’histoire, Fabien le textinateur.

UNE VIEILLE ET VIRILE AMITIÉ !


Une « Auld Alliance » et une incursion dans le pub écossais du même nom à Paris, afin de découvrir d’autres rebonds du ballon non rond.  « Auld » comme la formule ancienne de « old », qui lie Français et Écossais tant au niveau de la langue, de l’histoire et du rugby. Quoi de plus logique dès lors que de profiter de la rencontre France-Écosse, en Tournoi des Six Nations, pour aller explorer ces passes sautées dans le dos des lignes, entre le coq et le chardon.

 

N’OUBLIEZ JAMAIS LA SAINT VALENTIN !

DON’T FORGET THE VALENTINE’S DAY!

¡ NUNCA OLVIDAR EL DIA DE SAN VALENTIN !


La Saint Valentin, c’est pas du baratin… Et c’est déjà demain !  Oublier ou négliger cette célébration bien particulière équivaudrait à une déclaration de guerre conjugale. Petit conseil entre amis : si vous avez quoi que ce soit à vous reprocher lors de cette journée (ou soirée) fatidique, ne vous laissez jamais bander les yeux par votre douce et tendre moitié. L’amour a beau être aveugle, c’est toujours dans ces moments-là que l’on voit arriver les complications. Avec ou sans explications.

 

VENDREDI  NOIR



Black Friday… le Vendredi Noir ! « Encore une vaste connerie qui nous vient des Américains ! Tu parles d’une aubaine ! C’est un véritable fléau, une calamité sans nom, et tout le monde court s’y vautrer les yeux fermés ! » s’emporte mon amie Teresa, qui est Mexicaine. Étant donné les tensions actuelles entre les deux états, on pourrait aisément accuser Teresa d’un léger parti pris, mais certains partis pris constituent malgré tout de précieux raccourcis pour aller à l’essentiel. Bizarrement, pour accéder sans détour au Black Friday, il faut d’abord passer par la case Thanksgiving… (suite…)

ARMISTICE À L’ARTÉMIS

À chacun et chacune sa façon de fêter l’armistice. Larme à l’œil ou l’arme au pied. Moi, je préfère l’armistice façon Artémis, cette déesse de la chasse dans la mythologie grecque (la Diane des Romains), protectrice des chemins, des ports, des jeunes enfants et des bébés animaux, bref de tout ce qui initie et définit une nouvelle trajectoire, une nouvelle aventure, une nouvelle perspective. Parée des attributs qui la caractérisent : arc en or, flèches, carquois, croissant de lune et biche, lorsqu’elle se met en chasse, rien ne résiste à cette déesse farouche et sœur jumelle d’Apollon. Un peu comme ma modeste personne quand elle décoche son dernier trait de khôl en prolongement de son œil de biche, à l’orée d’une nuit mystérieuse. (suite…)

Les sirènes ouvrent leur chant visuel à l’écologie !

… … …

Enfin une belle idée pour sublimer le corps féminin, exalter ses courbes et ses ondulations pour la bonne cause ! Ça nous change de toutes ces morues en décolletés plongeants et transparences fessières qui inondent la presse people, dégoulinent des mauvais clips musicaux avec leurs maquereaux déguisés en rappeurs et finissent par noyer nos écrans tv ou internet. Halte aux merluches qui ne voient pas plus loin que la raie de leur postérieur ! Oui aux ondes positives et aux contre-courants intelligents. (suite…)

AOÛT  ET  OUT

« C’est au mois d’août qu’on met les bouts, qu’on fait les fous, les gros matous, les sapajous… » prétend la chanson de Pierre Perret. Le lundi 21 août 1911, la Joconde fit sien ce refrain en quittant subrepticement le Louvre. Elle disparut ni vue ni connue, en dépit de sa notoriété planétaire. Elle prit des vacances, de très longues vacances, puisqu’elle ne fut retrouvée que deux ans plus tard, à Florence, en Italie. Elle réintégra le musée du Louvre et ne fut à nouveau accessible au public qu’à partir du 4 janvier 1914… (suite…)

… ET RELATIVITÉ DE L’AMBIGUÏTÉ.

Je n’ai jamais compris grand chose à la théorie de la relativité. J’ai toujours fait semblant d’être au courant, comme tout le monde. De toute manière, le truc est indéboulonnable. Il est signé Albert Einstein. Même sa formule est top de top. E=mc2 ! C’est presque une vérité divine. C’est comme une œuvre d’art, une sculpture, un tableau, un poème, une musique qui vous accroche et vous marque à vie.  On ne sait plus si elle est devenue célébrissime à force d’avoir été ressassée et resservie à toutes  les sauces ou si elle a eu un impact initial tel qu’elle ne pouvait que devenir fameuse. La relativité d’Einstein est devenue universelle en quelques décennies à peine. Il s’en dégage une sorte d’ambiguïté inattaquable, à la fois familière et étrangère. On est incapable de l’expliquer, mais on sent que c’est grand. On sait aussi que cela nous dépasse.  (suite…)