INGRID  BERGMAN

(29 Août 1915  –  29 Août 1982)

Quand on pousse, à presque sept décennies d’intervalle,  le souci de la précision et l’art de la ponctualité jusqu’à sortir de cette existence exactement le même jour que lorsque l’on y est entré, on mérite un respect particulier. Sans faire partie de ses fans inconditionnels, il faut reconnaître à Ingrid Bergman un charme troublant, un de ceux que l’on explique pas mais que l’on ressent, indépendamment des canons esthétiques ou des styles de jeu. (suite…)

SHANIA  TWAIN


Eilleen Regina Edwards, plus connue sous le nom de Shania Twain, est née le 28 août 1965 à Windsor, en Ontario, la province la plus peuplée du Canada. Elle est étiquetée chanteuse de country avec un zeste de pop-rock qui fit rapidement son succès. Vente record de disques, mariage avec son producteur, 1993 la projeta sous les feux de la rampe et lui fit presque oublier les années difficiles qui suivirent le décès de ses parents dans un accident de la route et la prise en charge de ses jeunes demi-frères et sœurs. Ayant commencé à chanter dans les bars et clubs locaux dès l’âge de 8 ans, ayant écrit ses premières chansons à l’âge de 10 ans, ayant connu une adolescence en pleine nature, travaillant dur au reboisement du Nord de l’Ontario, elle se retrouva souvent isolée en pleine forêt avec son chien et sa guitare. Une de ses principales sources d’inspiration remonte à cette époque. (suite…)

AND  SO  WHAT  ?
ET  ALORS  ?

On est différent. On s’en balance. On s’aime. Et alors ?

We are different. We don’t care. We love each other. And so what ?

CONTRE-PLONGÉE

De son lieu de vacances méditerranéen, un ami me téléphona avec d’irrépressibles trémolos dans la voix. Lors de son arrivée à l’hôtel, au réceptionniste qui lui avait demandé : « Vous avez bien réservé une chambre avec vue sur la mer ? », il avait répondu : « Si je peux avoir la vue sur la fille par la même occasion, ça sera parfait ! » (suite…)

INITIALS  BB

Björn Borg est né le 6 juin 1956 à Stockolm, en Suède, et il a illuminé le tennis internationnal de son aura très particulière entre 1971 et 1981. On ne va pas refaire le débat de qui est le plus grand joueur de tennis de tous les temps, etc, etc… L’évolution du matériel, des techniques, des règles du jeu, des formats de match et d’entrainement confisquent toute cohérence et n’accordent aucun sens à une telle entreprise. (suite…)

TELLE  FILLE…

Déjà plus de trois ans et cet article n’a pas pris une ride ! Je le relis toujours avec plaisir. Et avec une certaine fierté aussi. Ma fille en est l’auteure et son style est plus que prometteur. Dans le narratif et l’explicatif, il y a ce petit quelque chose de pertinent et d’impertinent, qui nous chatouille le cervelet en même temps qu’il nous creuse l’occipital. Il y a le fond et la forme. Le respectueux se mêle au malicieux. Réflexif, symétrique et transitif. On en redemande. On espère de nombreux autres épisodes. Il y a aussi une perspective différente de ce duo-duel entre le masculin et le féminin. Ou vice versa. La parenté se loge également et heureusement dans les idées. Et bien sûr dans la sensibilité. Une sensilisibilité évidente pour laquelle il n’est pas besoin de vous souhaiter : Bonne lecture.

Morgane de la phallocratie

Cliquer sur la photo dans l’encadré pour avoir accès au texte dans son intégralité

De l’origine et l’utilité de la galanterie.

 

Décriée par certaines féministes, célébrée par certains artistes, la galanterie m’est toujours apparue comme une forme d’intelligence et d’élégance relationnelles entre femmes et hommes. Un raffinement à la fois civique et sentimental du sexe dit fort envers le sexe dit faible, et réciproquement. Très tôt, l’idée de la femme suzeraine naturelle m’a semblé tellement indiscutable que je ne comprenais même pas l‘occurrence d’un débat à ce sujet. Le concept ne pouvait être (et surtout avoir été) que salutaire à tous points de vue. (suite…)

De jolies bouées assorties aux petites balles jaunes ?

Durant cette édition 2016, le programme de Roland Garros a pris l’eau sans modération. Les organisateurs du principal tournoi de tennis français ont pataugé dans l’incertitude la plus totale plusieurs journée d’affilée, sans savoir s’ils finiraient par boucler leur calendrier comme prévu ce prochain week-end. Submergés par les parapluies, les gradins scrutaient avec anxiété des courts bâchés, débâchés, rebâchés, sur lesquels était servie au compte-gouttes un brouet de tennis assez délayé. Certains auraient même pu servir à la cuillère que ça n’aurait pas changé grand chose. Mais globalement et comme souvent, les meilleurs ont tout de même fini par surnager.

djoko water

Un casse-tête pour les uns devenu aubaine pour les autres. (suite…)

Joli mois de mai ?

En Mai...

 

Ce mois fait vraiment ce qui lui plait.

Ça commence le 1er mai par une fête du travail qui, dès 1890, fait défiler les manifestants avec un triangle rouge à la boutonnière symbolisant la journée divisée en trois parties égales : travail, sommeil, loisirs. La fleur d’églantine assure un bref relais avant que le brin de muguet ne reprenne le devant de la scène. En 1561, Charles IX avait déjà pris l’habitude d’offrir des brins de muguet aux dames de la cour en ce premier mai décidément bien inspiré.

Une semaine après, le 8 mai est moins sémillant. (suite…)