JOLI  MOIS  DE  MAI…

Ce mois ne fait vraiment que ce qui lui plait… Ça commence le 1er mai par une fête du travail qui, dès 1890, pousse les manifestants à défiler avec un triangle rouge à la boutonnière, symbolisant la journée divisée en trois parties égales : travail, sommeil, loisirs. La fleur d’églantine assure ensuite un bref relais avant que le brin de muguet ne reprenne le dessus, et le devant de la scène. En 1561, Charles IX avait déjà adopté la coutume d’offrir des brins de muguet aux dames de la cour en ce premier mai décidément bien inspiré. (suite…)

Rien ne sert de courir…

Lundi 25 mars était célébrée la journée mondiale de la procrastination. J’avais projeté d’écrire un article à ce sujet, que j’ai reporté au mardi 26, pour finalement le rédiger en ce mercredi 27 mars. Qui pourrait m’en faire le reproche ? La procrastination ( du latin : pro, “en avant”, et crastinus, “du lendemain”) est la tendance à remettre systématiquement au lendemain ce que l’on pourrait faire le jour même. Nous procrastinons tous, à un moment ou à un autre, dans des proportions plus ou moins importantes et à une fréquence plus ou moins élevée. Mais quelle drôle d’idée que de consacrer à la procrastination une célébration annuelle… (suite…)

L’ART  DE  BOUGER  AU  FÉMININ


Lascive, tonique, sauvage, apprivoisée, arrogante, conciliante, élégante, surprenante, fascinante, enjouée, boudeuse, apprêtée, décoiffée, mutine, hautaine, flexible, concentrée, décontractée, paresseuse, dynamique, persévérante, changeante, délicate, athlétique, vulnérable, indestructible, maniérée, spontanée, sophistiquée, étrangère, familière, tendre, distante, avenante, naturelle, artificielle… la femme est intrinsèquement plurielle. C’est là tout son charme. Son apparente fragilité fait sa force. L’homme la comprend par intermittences et la désire en permanence. Il a souvent un temps de retard dans son élan vers elle, sans doute parce qu’il est trop occupé à la regarder se mouvoir et s’émouvoir. (suite…)

WOMEN’S TIME IS ON MY SIDE

Ce 8 mars 2019 vient à peine de débuter que déjà trois ou quatre mâles au sourire narquois me demandent si moi aussi, je vais fêter la journée de la femme ! D’abord, on ne dit pas ‘’journée de la femme’’ mais ‘’journée internationale des droits de la femme’’, leur fais-je remarquer. Devant leur perplexité abyssale, je leur fais l’aumône d’un bref rappel historique. (suite…)

PHOTOGRAFFEUR

“  Mickey  ce  qui  se  passe  ?  ”


J’ai un très bon ami qui s’appelle Fabien Darley. C’est un excellent dessinateur, graphiste et photographe. Les images l’inspirent. Elles l’aspirent aussi, dans un univers dont le commun des mortels n’a pas souvent les clefs. Lui, avec son petit air de ne pas y toucher, a dégoté un passe qui ouvre les perspectives des images aux mots et des mots aux images. Cela marche dans les deux sens. Arrêt sur image, écrémage, filmage, reformatage et renommage. Il légende à propos ou en décalage, ajoutant la malice du (bon) mot au délice de l’image. Ce photocomposteur de l’instant est un illustracteur de l’ailleurs. Témoin cette photo et sa légende. On est fasciné plus qu’amusé. On est aspiré à notre tour dans une spirale hélas trop brève, en forme de point d’interrogation. À quoi joue le hasard ? Où court donc ce souriceau noctambule ?  Trouvera-t-il Minnie à 14 heures ? Raconte-nous vite la suite de l’histoire, Fabien le textinateur.

UNE VIEILLE ET VIRILE AMITIÉ !


Une « Auld Alliance » et une incursion dans le pub écossais du même nom à Paris, afin de découvrir d’autres rebonds du ballon non rond.  « Auld » comme la formule ancienne de « old », qui lie Français et Écossais tant au niveau de la langue, de l’histoire et du rugby. Quoi de plus logique dès lors que de profiter de la rencontre France-Écosse, en Tournoi des Six Nations, pour aller explorer ces passes sautées dans le dos des lignes, entre le coq et le chardon.

 

N’OUBLIEZ JAMAIS LA SAINT VALENTIN !

DON’T FORGET THE VALENTINE’S DAY!

¡ NUNCA OLVIDAR EL DIA DE SAN VALENTIN !


La Saint Valentin, c’est pas du baratin… Et c’est déjà demain !  Oublier ou négliger cette célébration bien particulière équivaudrait à une déclaration de guerre conjugale. Petit conseil entre amis : si vous avez quoi que ce soit à vous reprocher lors de cette journée (ou soirée) fatidique, ne vous laissez jamais bander les yeux par votre douce et tendre moitié. L’amour a beau être aveugle, c’est toujours dans ces moments-là que l’on voit arriver les complications. Avec ou sans explications.

 

VENDREDI  NOIR



Black Friday… le Vendredi Noir ! « Encore une vaste connerie qui nous vient des Américains ! Tu parles d’une aubaine ! C’est un véritable fléau, une calamité sans nom, et tout le monde court s’y vautrer les yeux fermés ! » s’emporte mon amie Teresa, qui est Mexicaine. Étant donné les tensions actuelles entre les deux états, on pourrait aisément accuser Teresa d’un léger parti pris, mais certains partis pris constituent malgré tout de précieux raccourcis pour aller à l’essentiel. Bizarrement, pour accéder sans détour au Black Friday, il faut d’abord passer par la case Thanksgiving… (suite…)

ARMISTICE À L’ARTÉMIS

À chacun et chacune sa façon de fêter l’armistice. Larme à l’œil ou l’arme au pied. Moi, je préfère l’armistice façon Artémis, cette déesse de la chasse dans la mythologie grecque (la Diane des Romains), protectrice des chemins, des ports, des jeunes enfants et des bébés animaux, bref de tout ce qui initie et définit une nouvelle trajectoire, une nouvelle aventure, une nouvelle perspective. Parée des attributs qui la caractérisent : arc en or, flèches, carquois, croissant de lune et biche, lorsqu’elle se met en chasse, rien ne résiste à cette déesse farouche et sœur jumelle d’Apollon. Un peu comme ma modeste personne quand elle décoche son dernier trait de khôl en prolongement de son œil de biche, à l’orée d’une nuit mystérieuse. (suite…)