DISCIPLINE  DE  POINTE


Je pensais cela proprement impossible, du moins avec une telle aisance. Et pourtant Markissa le fait, avec une belle élégance. Tenir en équilibre sur des ballet heels ou des ballet boots (comprenez ballerines aiguilles) est déjà une véritable prouesse. Bon nombre de celles qui s’y sont essayées se sont le plus souvent contentées de rejoindre rapidement un canapé ou un tabouret de bar pour n’en plus bouger de la soirée. Markissa Moore, incroyable mannequin russe, va plus loin et plus vite que tout le monde. Avec un naturel qui défie les lois de la gravité et de l’anatomie humaine, elle chemine de façon sublime, et sans efforts apparents, sur ce piédestal si difficile à dompter. Elle a découvert ce talent très pointu relativement tard mais a rapidement progressé dans cet art déambulatoire très particulier. Moulée dans des tenues de latex qui accentuent encore le charme irréel de ses déplacements, elle se joue de tous les terrains et de toutes les contraintes avec un petit sourire mutin. Markissa n’est pas la reine des ballet heels. Elle en est l’impératrice.

NE  CÉDEZ  JAMAIS  À  LA  CRITIQUE  !

Magritte - lettre - un critique

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! » Cette citation, que certains attribuent à Beaumarchais et d’autres à Francis Bacon, a souvent été transformée dans le langage populaire en « Critiquez, critiquez, il en restera toujours quelque chose ! », ce qui tendrait à introduire une notion de similitude entre la calomnie et la critique. Selon qu’elle est positive ou négative, et en fonction de la forme sous laquelle elle est énoncée, une critique peut effectivement s’avérer flatteuse ou calomnieuse. Mais critiquer la critique sur le même mode reviendrait à s’abaisser au même niveau de médisance. Cela peut être très tentant pour certains artistes qui ont été maltraités par la critique. Bien plus jouissive est la faculté de tourner la réprobation en dérision. Sans tomber sous le coup de la calomnie ou de l’insulte, ridiculiser le persifleur comme on arrose un arroseur devient alors du grand art. Ce cher René Magritte, dont le talent ne se limitait pas à la peinture, en donna un exemple magistral avec cette petite lettre adressée à un critique d’art qui avait vertement critiqué l’une de ses expositions. On imagine aisément la tête de ce pauvre monsieur Dupierreux à la lecture de ces quelques lignes. Et le portrait qui fut accroché dans son dos par tous ceux qui prirent connaissance puis colportèrent ce petit mot.

Magritte Depierreux(Pardon, cher René, mais la tentation était trop grande)

 

 

WOMEN’S TIME IS ON MY SIDE

Ce 8 mars 2020 vient à peine de débuter que déjà trois ou quatre mâles au sourire narquois me demandent si moi aussi, je vais fêter la journée de la femme ! D’abord, on ne dit pas ‘’journée de la femme’’ mais ‘’journée internationale des droits de la femme’’, leur fais-je remarquer. Devant leur perplexité abyssale, je leur fais l’aumône d’un bref rappel historique. (suite…)

PRÉDICTION  GAULOISE

Ils sont forts ces gaulois, tout de même. En avance sur leur temps, et sur le nôtre également. En 2017, Astérix et Obélix avaient déjà entamé une course sans merci contre le terrible Coronavirus ! Ce redoutable ennemi avançait masqué et se jouait des frontières. Il propageait la crainte et les suppositions les plus diverses. Secondé par son implacable compagnon de route Bacillus, il semblait inarrêtable, comptant toujours une longueur d’avance sur ses adversaires ! (suite…)

BB & Christina

Le Salon Rétromobile 2020, quarante cinquième édition du genre, a fermé ses portes à Paris il y a trois semaines, après avoir attiré plus de 122.000 visiteurs. Une fois encore, le parc des expositions de la porte de Versailles s’auto-mobilisa autour de spécimens klaxonnant hors du temps. Véhicules historiques aux allures de diligence à vapeur, prototypes insolites, tels ces étranges rhomboïdes (roues envisagées et placées aux quatre coins d’un losange plutôt que d’un rectangle), sans oublier les stars de la vente aux enchères, telle cette Mercedes-Benz 710 SS Sport de 1929, cette Delahaye 135 S de 1936, cette Lamborghini Countach LP400 “Periscopio”, livrée neuve à Rod Stewart, ou cette monoplace de Formule 1 Ferrari 126 C3, qui fut pilotée par Patrick Tambay et René Arnoux, et remporta les grands prix d’Allemagne et des Pays Bas en 1983 ! Souvenirs et fantasmes voyagent de concert, dans un étrange covoiturage entre exaltation et nostalgie. (suite…)

UN  VIRTUOSE


Cela fait des années que je le traque sur internet et je ne m’en lasse pas. Né en Corée du Sud en 1996, Sungha Jung est un guitariste prodige. Il observa d’abord son père jouer de la guitare avant de s’emparer de l’instrument à 7 ans. Quatre ans plus tard, il était déjà capable de produire des interprétations étonnantes, telles des reprises des Beatles (notamment un fantastique « Come Together », un « Blackbird » classique et un « While my Guitar Gently Weeps » au ukulele), des hits de Mickael Jackson (Billie Jean, Thriller et Beat It), ainsi que des standards de nombreux autres artistes. À chaque fois, il a su respecter l’esprit de l’œuvre originale tout en apportant sa patte personnelle.

De nombreuses vidéos mises en ligne alors ne tardèrent pas à créer le buzz sur le plan international, multipliant les demandes d’artistes confirmés en vue de réaliser des duos avec lui. Quelques uns sont encore disponibles sur YouTube. Ils sont d’ailleurs aussi impressionnants que ses performances en tant que soliste. Aujourd’hui, Sungha Jung est devenu un musicien renommé, doué d’un doigté hallucinant. À la minute où je découvre une de ses nouvelles interprétations/créations, j’en suis baba. C’est à nouveau le cas avec cet hommage à Freddy Mercury et ce formidable Queen Meddley, finement agrémenté à sa sauce. Sungha, really, you are a champion ! Et même un peu davantage.

DÉCEPTION

 

872ba8f7d53dfd4d1dfeb7935cc9fddd4907c015_bas-nylon-plumetis-cervin-paris

Bernard est un ami provincial qui est arrivé à Paris lundi dernier. Bernard est un peu naïf mais Bernard est très gentil. Un peu soupe au lait parfois, mais tout de même très gentil. Il devait visiter la capitale toute la semaine et repartir dans son Auvergne natale ce week-end. Mercredi matin, il jeta un œil par dessus mon épaule alors que je préparais une commande de bas couture chez un fabriquant français bien connu, un fabriquant qui a mes faveurs (et ma fidélité) depuis quelques temps déjà. Les ambassadrices de la marque et leurs jambes sensuellement gaînées de nylon l’hypnotisèrent littéralement. (suite…)

HASTA  LA  VISTA

La première fois où j’ai rencontré Sico, un ami commun m’avait prévenu : « Fais attention de bien prononcer son nom à l’espagnole : Sico (le diminutif de Francisco) et non pas Zico comme le célèbre footballeur brésilien. Et surtout, surtout, ne le contrarie jamais à propos du Real Madrid ! ». Notre première rencontre eût lieu en 1980, autour d’un baby-foot, dans un petit café, tout près de cette église Sainte Anne, à Thionville. Quand il m’a demandé quel était à mon avis le plus grand club de foot, j’ai marqué un petit temps d’arrêt, puis j’ai répondu fièrement… l’Ajax d’Amsterdam ! Il m’a lancé un regard noir, comme il savait si bien le faire, pour de vrai ou pour de faux, mais quand j’ai enchainé en disant : « Toi, tu dois préférer le football brésilien si on te surnomme Zico ? »… l’ami qui nous avait présenté a changé de couleur. Il y a eu un silence autour du baby et peut-être même dans le bar tout entier. Sico a regardé ses copains en s’exclamant : « Mais ! Mais, il est fou celui là ! Il vient me dire ça en face, ici, à la côte des roses ! Il veut se suicider ou quoi ? ». (suite…)

LA VÉRITÉ, PAS TOUJOURS SEXY, SUR SAINT VALENTIN.

Prêtre chrétien emprisonné à Rome au 3e siècle car il continuait à unir les jeunes fiancés alors que l’empereur Claude II pensait que les hommes mariés faisaient de mauvais soldats, Saint Valentin rendit la vue à la fille de son geôlier et lui offrit, juste avant son exécution, une feuille en forme de cœur avec le message : « de ton Valentin » .

Racontée ainsi, c’est romantique. Dans le détail, ça finit par un véritable carnage. Convertie catho après le miracle, toute la famille du geôlier (pas moins de 48 personnes) fut torturée et mise à mort par les Romains. Saint Valentin, avant d’être décapité le 14 février 268, fut battu et brisé, pour ne pas dire fracassé, de toute part à coups de bâtons. (suite…)