À  DEUX  DOIGTS  DE  L’HONNEUR

Certains passent parfois à deux doigts du bonheur. D’autres préfèrent abuser des doigts d’honneur et, tant qu’à faire, exhiber leur tact majeur devant le plus grand nombre par objectifs interposés. On se souvient de ces deux jeunes de Saint-Martin et de leur selfie affligeant aux côtés d’Emmanuel Macron. Voici deux mecs, traînant la savate dans l’appartement familial situé au cœur d’un quartier modeste, qui, par la grâce d’une averse aussi violente que providentielle, se retrouvent en face du président de la république himself. Serrage de louche, accolade surréaliste et photographie dans la foulée. Les gars ont une chance incroyable. (suite…)

Le Journal de Presque 17h17

Par Jupiter ! Chaque jour à 17 heures, du lundi au vendredi, la joyeuse équipe de Charline Vanhœnacker et Alex Vizorek triture allégrement l’actualité sur les ondes de France Inter. Cerise sur le clafoutis, une revue de presse échevelée du cervelet extraie les pépites du moment. Intitulée Le Journal du Presque 17h17, ce genre de zapping radiophonique des news vaut le coup d’oreille. Témoin auriculaire, l’édition de ce lundi 15 octobre 2018…


Cliquer sur le bouton start dans l’encadré France Inter pour démarrer l’écoute ou passer par le lien :
https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-presque-17h17/le-journal-de-presque-17h17-15-octobre-2018

 

CLAP  DE  FIN



Le Mondial de l’Automobile de Paris 2018, premier salon mondial en termes de fréquentation (plus d’un million de visiteurs en 11 journées), a fermé ses portes ce dimanche 14 octobre. Rebaptisé  Mondial Paris Motor Show à partir de cette année, il réunit désormais les thèmes de l’automobile, la moto, la mobilité et la technologie. La prochaine édition de cette biennale interviendra en 2020. D’ici là, les nombreux amateurs de belles lignes, carrossées façon citadine de luxe ou sportive racée, devront ronger leur frein en caressant l’espoir d’un rêve qu’ils ne pourront jamais se payer.

HAPPY  BIRTHDAY – ALLES  GUTE  ZUM GEBURTSTAG

Il n’est pas né en 1917 à Leindenstadt, mais en 1951 à Paris. Jean-Jacques Goldman a 67 ans aujourd’hui et il n’est pas encore au bout de ses rêves. Encore un matin où il ne marche seul, comme toi, comme moi, là bas… Long is the road, on le lui souhaite, même si, depuis quelques temps déjà, il se fait plutôt rare. Quand la musique est bonne, la vie par procuration a quelque chose de bizarre…  Pas toi. Peut-être qu’il suffira d’un signe pour qu’à nouveau se conjugue au présent il changeait la vie. (suite…)

DESHUN  WANG

Il est né à Shenyang (nord-est de la Chine) en 1936 et il est l’exemple vivant que les rêves sont faits pour être accomplis à n’importe quel âge. Il suffit simplement d’y croire et de les rêver si fort qu’ils finissent par se réaliser. À condition évidemment de leur donner un petit coup de pouce au départ, même et surtout si ce départ est tardif. Rien ne sert de courir… (suite…)

HAPPY  BIRTHDAY  MISTER  TWIST  !

Il est né Ernest Evans, le 3 octobre 1941 à Spring Gully, en Caroline du Sud, USA. Avec ce double E en tête de son état civil, le destin lui avait déjà adressé un joli clin d’œil. Dans le monde artistique, des initiales redoublées sont réputées attirer la chance et le succès. Faites un tour d’horizon des grands noms du cinéma et les exemples apparaitront à foison. On lui attribua pourtant un autre nom de scène, qui ne tarda pas à faire le tour du monde dès les années 1960 : Chubby Checker. La consonance est beaucoup plus tonique que celle de son vrai nom. Elle claque bien et, double coup du sort décidément tenace, on retrouve à nouveau des initiales dédoublées ! (suite…)

DERNIER  VOYAGE


« Je fuirai, laissant là mon passé,
Sans aucun remords,
Sans bagage et le coeur libéré,
En chantant très fort.

Emmenez-moi au bout de la terre,
Emmenez-moi au pays des merveilles.
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil.

Emmenez-moi au bout de la terre,
Emmenez-moi au pays des merveilles… »

 

Charles Aznavour (22 mai 1924 – 1er octobre 2018)

LA  CLASSE  !

En virée dans les Antilles, avec tout un aréopage de collaborateurs inutiles et de représentants de la République voyageant et ripaillant aux frais de la princesse, Manu Macron n’a pu résister à la selfie-mania présidentielle. Ce week-end, il a fièrement posé avec deux jeunes îliens de Saint-Martin. À droite sur le cliché, foulard noir sur la caboche, le premier exhibe un collier en or probablement financé par les braquages pour lesquels il vient à peine de sortir de prison. À gauche, torse poil et la ceinture à hauteur de pelvis, le second exhibe crânement un doigt d’honneur, agrémenté d’un regard noir dont l’impudence le dispute à la vacuité. Au milieu, tout sourire et le poing mollement fermé, notre bon président fait l’andouille avec un sourire béat. Avec ce portrait de famille si éloquent qu’il n’a besoin d’aucun commentaire, le chef de l’État français est rapidement devenu la risée de la blogosphère et de ses homologues étrangers. Dire qu’il n’y a pas si longtemps, il avait vertement repris un jeune lycéen qui avait eu l’outrecuidance de le prénommer Manu… Une attitude très irrespectueuse et, selon lui, proprement intolérable. Décidément, dans les îles comme sur le continent, il y a plus d’un âne qui s’appelle Martin.