Des nouvelles de Joanna / News from Joanna

Sainte Anne Paris

Des nouvelles de Joanna…

Depuis quelques temps, je demeurais sans aucune nouvelle de mon amie Joanna et cela commençait à légèrement m’inquiéter. Par bonheur, je viens de recevoir une lettre de sa part et je suis presque rassurée. Je vous livre ci-dessous la teneur exacte de son courrier :
 …

Chère Brigitte, bonjour.

Comme je n’ai pas Facebook, j’essaie de me faire des amis en dehors du vrai Facebook mais tout en appliquant les mêmes principes.

Alors tous les jours, je descends dans la rue et j’explique aux passants ce que j’ai mangé, comment je me sens, ce que j’ai fait la veille, ce que je suis en train de faire aujourd’hui, ce que je vais faire demain… Je leur montre des photos de ma sœur, de mes neveux, du chien que j’ai déjà eu, du chat que je vais peut-être avoir, du poisson rouge gagné à la fête foraine. Je leur propose aussi une petite vidéo de moi en train de faire mes courses, de mon voisin en train de laver sa voiture, de mon frère en vélo et de ma mère qui fait du repassage avant de se remettre à sa machine à coudre.
J’écoute aussi les conversations des gens et je m’en mêle, puis je m’exclame : «j’aime !» en levant les pouces bien haut. Je les encourage ensuite à me faire des confidences sur leurs petits secrets pour que je les partage aussitôt avec ma concierge ou ma boulangère.

Et ça marche : actuellement j’ai déjà cinq personnes qui me suivent : deux ambulanciers, un psychiatre et deux policiers !

 

News from Joanna…

For some time, I had no news from my friend Joanna and I started to be a little bit worried. By chance, I just received a letter from her and I feel almost safe. Here is the exact content of her letter :

Hello Dear Bridget,
 …
As I do not have facebook, I try to make friends outside this network by applying the same rules.
 …
Thus, everyday I go down into the streets and explain to the passersby what I ate, how I feel, what I did the day before, what I am doing right now and what I’ll do tomorrow. I show them pictures from my sister, my nephews , the dog I had, the cat that I’ll probably get, the goldfish won at the funfair, my brother riding a bicycle and my mother ironing before going back to sewing.
I also listen to the people talking and take part in their discussion. Then I shout « like » raising high my thumbs. Then I encourage them to tell me all about their secrets so that I can share them immediately with my housekeeper or my baker.
 …
And I can tell you that it works quite well. I already have five loyal followers ; two ambulance drivers, one psychotherapist and two policemen.


police-auto

UNE AFFAIRE D’ÉTAT… D’ESPRIT !

BB Ciné

Un matin de l’année 2009, ma directrice de casting préférée m’appelle à propos d’un long métrage en cours de réalisation.
Allo Brigitte, c’est Fabienne. Je suis à la recherche de cinq personnages transsexuels pour le tournage d’un film à Paris.
– Ah, ah… Intéressant ! Voici une journée qui commence bien…

(suite…)

PARODIE   ASYMÉTRIQUE


Un peu d’humour dans un monde de culbutes… Paul Hunt, alias Paulette Huntinova, est un athlète d’exception, qui revisita de façon très personnelle et peu académique les quatre agrès de la gymnastique artistique féminine. Avec lui, les temps morts des grandes compétitions devenaient plus vivants que les performances classiques. Durant les années 1980, il mit au point plusieurs routines délirantes devenues aujourd’hui culte grâce à internet. Dommage que personne n’ait su prendre la relève par la suite, que ce soit en gymnastique, mais aussi en athlétisme, arts martiaux ou patinage artistique… Avec en prime cet humour transversal entre masculin et féminin.

NOCTURNE  EN  EXTÉRIEUR

Trois heures du matin par trois petits degrés à peine en plein Bois de Boulogne : photographie de groupe et clap de fin de tournage pour six reines de la nuit et un réalisateur au regard bionique !

T T T T


Elles sont 22, réunies dans un “transgender top twenty two”. Sur une rampe, un lit, une chaise, un fauteuil ou à même le sol, elles sont assises afin de toutes monter le podium de ce début d’année. « J’en perds mon latin ! Impossible de conjuguer au masculin. Comment croire qu’au départ, ce sont des garçons ? » m’a déclaré mon voisin de palier. « Et à l’arrivée, que vois-tu ? », lui ai-je alors demandé.  « De magnifiques beautés », m’a-t-il répondu sans hésiter. J’ai souri en ajoutant : « C’est une bonne réponse. Appelle-les comme ça ; ça leur ira très bien ».

UNE  HISTOIRE  DE  CŒUR


Elle fait mentir les proverbes. Même loin des yeux, elle reste tout près du cœur. Sans doute parce que le sien ne connaît pas la distance. Elle conjugue les failles au singulier pluriel. Sans doute parce qu’elle sait depuis toujours qu’elles montrent des différences qui ne sont rien d’autre que des afférences… des accointances, des connivences… qui devraient suffire à accepter l’autre tel qu’il est. Son jeu d’actrice est tissé de cordes sensibles qu’elle active doucement mais surement chez le spectateur. Sa filmographie en est la preuve. Son jeu de comédienne va au delà des mots, quel que soit le théâtre qui l’accueille, et dans ses créations en tant qu’auteure (notamment Une Diva à Sarcelles et Brigitte, directeur d’agence) c’est avec une humanité communicative qu’à chaque fois elle nous cueille. Je suis fière d’être son amie et de faire partie de sa grande famille d’accueil. Humble et discrète, Virginie Lemoine a planqué son anniversaire un 26 février, à la fin du mois le plus court de l’année, pour que les retardataires n’aient plus à le lui souhaiter.
Pas de bol. Tous ses amis/amies ne le manquent jamais.


DE VERSEAU À VERSEAU

Quand tu te souviens que tu as des amis que tu apprécies beaucoup et que tu ne vois pas assez… Quand tu t’aperçois qu’ils sont nés le même jour (un 18 février) et que c’est déjà passé… Quand tu en restes bouche bée tellement tu te sens verseau indigne, ascendant bécasse, d’avoir encore laissé filer une occase de leur en parler. Quand, invariablement, ton karma et ta punition seront de toujours courir après les lendemains qui chantent… Happy Birthday !

COT  COT  GIRL  ?

 

On ne s’en est pas rendu compte tout de suite, mais c’est aujourd’hui une certitude : la danse des canards et gangnam style ont eu une descendance fin 2014 !

La couvée est venue de Chine. La maman est une jolie poulette trentenaire pop-folk-dance-hip hop- R&B-et autres labels alternatifs. Son nom est Rollin Wang et le titre de son délicieux gazouillis : Chick Chick.

C’est une sorte d’esperanto aviaire dont on saisit davantage la forme que le fond, mais il doit obligatoirement y avoir un message philosophique en filigrane. Peut-être même une révolution dans l’œuf ? Car la chorégraphie, qui par ailleurs a des faux airs de gay pride avant l’heure, avec acceptation des différences à la clef, semble constituer un redoutable support en recommandations subliminales de tout genre, à commencer par le troisième… Et pourrait aussi bien se révèler véritable nid à exhortations vegan !

En effet, comment encore entrer dans un KFC, McDo ou Quick après avoir sautillé en rythme sur ces images Chick Chick ?!

She is a wonderful woman ! So wonderful that she would almost deserve to be a transgender ! Her creations are full of charm and humour. They are in the same vein than some fabulous dragqueens performances. Chick Chick is a cock-a-doodle-do dance making everyone happy.

The brood comes from China. The thirty years old young hen mummy carries pop-folk, hip hop dance, R&B and others alternative labels. Her name is Rollin Wang and her song was released in 2014. In many ways, it reminds us a certain Gangman style. We simply jumped from horse to chicken !
It’s a kind of avian esperanto which understanding is more perceived through the form than the substance. But there must be an implicit philosophical message. Of course, there must be a message, don’t you think so ? Maybe even a revolution in the bud ! The choregraphy looks a little like an early gay pride, finally accepting all differences. In a farm, all animals live together in perfect harmony ; why don’t we ? Paul McCartney and Michael Jackson can only agree. Many subliminal advices starting with the third gender and its status in our « modern society ». Rollin Wan makes a special contribution to the LGBT cause. Her enthusiastic and colorful song reaches a wide public, no matter the sex, age or language. It could also exhort to create vegan nests !
How can we go into a KFC, McDonald’s or Quick restaurant after having danced watching these images. Chick Chick ? !!!