MOBILIS  IN  MOBILE

À proximité des côtes de Baja, en Californie, ou dans la mer de Cortés, au large du Mexique, des dizaines de milliers de raies Mobula ont l’habitude de se rassembler en masse puis de disparaître aussi soudainement qu’elles sont apparues. Les scientifiques peinent à trouver une explication précise à ce phénomène spectaculaire.

(suite…)

Tout est parfait dans ce PostModern Jukebox.
Le délicat snapping d’intro et le pont de l’insolite relais contrebasse à quatre mains. La répartition des personnages dans l’espace. La prestation scénique et musicale de ce nonette peu commun. Sa triple composante féminine pour le moins enjouée. Les robes jungle fashion et leurs ondulations suggestives, les mains sur les hanches et les œillades complices… Un peu plus que de la musique dans tout cela.
Accélération rythmique via contrebasse à quatre mains. Clarinettiste zaninien en retrait, trombonniste lunaire, pianiste et batteur aussi présents que distants… et ces trois grâces minaudant leur langoureux swing à la perfection, dans le ton et la séduction absolue, jusqu’au déhanché final…
Trio synchro de barbie girls méli-mélomanes avec lequel on aimerait se perdre et juste après se retrouver… Tout au long cette sensuelle ligne de basse.
Tels des contre-points de suspension.
All About That Bass…

MAIS  OÙ  EST  PASSÉE  VV  ?

La nuit dernière, une houle inespérée de la bande FM ramena soudainement à la surface de l’onde radio « Crying Blood », de VV Brown. Délicieuse surprise mais soudaine interrogation. Qu’est donc devenue cette surprenante chanteuse anglaise ? Avec ses lèvres pulpeuses, ses œillades ténébreuses mais surtout sa voix et sa vitalité créative, elle avait surgit de nulle part, il y a maintenant une demi-douzaine d’années, en imposant un style rafraichissant et tonique. « Shark in the Water », autre perle pêchée dans le vivier de VV Brown, avait cartonné dès la sortie de l’album « Travelling Like The Light », apparu en juillet 2009 outre-Manche, mais diffusé en France début 2010 seulement. (suite…)

« C’EST SUR VOS YEUX QU’IL FAUT METTRE UN VOILE, PAS SUR NOTRE VISAGE »

Extrait du film «La source des femmes», de Radu Mihaileanu, sorti en France en novembre 2011. Biyouna, chanteuse, danseuse et actrice algérienne y interprète cette tirade magistrale dans laquelle tout est dit.

WHO’S  WHO  ?
QUI  EST  QUI  ?

Who is the actor and who is the director ?
Who is watching who ?
Where is the stage and where is the backstage ?
The amazing thing with dolphins is that they raise huge questions to humans, pretending to respond to small sollicitations.

And always with a big smile !

Qui est l’acteur et qui est le metteur en scène ?
Qui est spectateur de qui ?
Où se trouve la scène et où se trouve la coulisse ?
Ce qu’il y a d’étonnant avec les dauphins, c’est qu’ils posent aux humains d’énormes questions en faisant mine de répondre à de petites sollicitations…
Et toujours avec le sourire !

MASSAGE  « HAPPY ENDING » !!!

Les joies d’un massage avec un final on ne peut plus joyeux…
Une option qui n’est toutefois pas à la portée de toutes les bourses.
Mais justifiée par la polyvalence et la réactivité d’un personnel trié sur le volet !