Les mains du destin

tumblr_lodac42bgY1qhbn26o1_400

Les mains qui se tendent, et dont on se souvient,
Façonnent et tournent notre vie un peu plus loin.
Chaque paume ouvre quelque chose de précieux,
Entre espoir, générosité et merveilleux,
Elle participe à un cercle vertueux,
Comme un nouveau regard qui nous ouvre les yeux.

Paris dans un fauteuil !

1513668_325174104304692_5603032924611512732_n

En battant Chelsea pour la seconde fois en quinze jours sur le même score de 2 à 1, le PSG s’est qualifié dans un fauteuil pour les quarts de finale de la Ligue des Champions 2016.
En supportrice solidaire et avisée, j’avais anticipé ce bon résultat dans mon salon de coiffure favori. Superstition ou prémonition, j’y avais effectué quelques jongles footballistiques afin d’accéder, dans un fauteuil également, à une nouvelle Coupe des Championnes. Toute en bouclettes.

ENTRE LES LIGNES

@ b3

Pourquoi
diable rentraient-ils
vers leurs bases en montrant
leurs meurtrissures à toute la terre ?

Pourquoi
diable rendaient-ils
leurs âmes en plein ciel,
entre purgatoire et enfer ? Pourquoi
diable hantaient-ils les nuages en redoutant les pleines
lunes ? Pourquoi diable tentaient-ils tant le feu dessus et
dessous leurs ailes ? Pourquoi diable vendaient-ils tant
de rêves et de cauchemars dans la même suspension ? (suite…)

BRIGITTE & CHRISTINA

BB & Christina

Le Salon Rétromobile 2016, quarante et unième édition du genre, a ouvert ses portes à Paris ce mercredi 3 février. Une fois encore, le parc des expositions de la porte de Versailles s’auto-mobilise autour de spécimens klaxonnant hors du temps.

Véhicules historiques, telle cette berline de gala aux allures de diligence à vapeur (commandée par le président Félix Faure pour la venue à Paris du tsar Nicolas II en 1896) ou prototypes insolites, tels (suite…)

Ascenseur pour l’escabeau

AscTop8127

La semaine dernière, en prenant l’ascenseur privé me conduisant auprès d’une personnalité très haut placée, bien au delà du troisième étage de la fusée Marianne, j’entendis avec stupéfaction une voix melliflue me susurrer « Tu montes, chérie ? »
Interloquée, je ne découvris aucun interlocuteur alentour ! Un œil jeté à droite, une oreille à gauche, ma langue dans ma poche et mon cerveau refusant de la donner à un quelconque mistigri des beaux quartiers, je m’interrogeai quant à la provenance de (suite…)

canines

Quelquefois, dans la meute anonyme qui m’entoure, je sursaute encore de me sentir réellement discordante.

Je voudrais aboyer ma différence sans donner le change, mais je me reprends. Je hume l’air du temps, passablement vicié par la poursuite citadine de petites traques sans importance. Je souris sans montrer les dents. Je marche dans le sens du vent, bien à couvert, au milieu de la horde que je suis certaine d’avoir finalement domestiquée.

À moins que ça soit exactement le contraire qui se soit passé ?