L’HOMME  SANS  TÊTE

 

C’est un homme sans tête.
On le croise en semaine
Veste et gilet de laine,
De Nation à Vincennes.

C’est un homme sans tête
Et il court dans la mienne.
J’ignore où est la sienne.
L’a-t-il jeté dans la Seine ?

C’est un homme sans tête.
Mais qui a de la peine.
Il la cache sans haine
Sous le Cours de Vincennes.

C’est un homme sans tête,
Un comte d’Andersen.
Et le public sans gêne
Se moque de la scène.

C’est un homme sans tête.
Mes idées il larsène,
Son exil il promène
À Paris – Sainte Hélène.


À  MA  POUPÉE

C’était une poupée, qui faisait now, now, now… Toute la journée, elle faisait now, now, now. Elle était tellement jolie que j’en rêvais la nuit. Mais toute la journée, elle faisait now, now, now. Personne ne m’avait jamais dit que je pouvais lui dire oui. À elle, qui sans me regarder, faisait now, now, now… (suite…)

NINO  FERRER

15 Août 1934  –  13 Août 1998

 


On aurait également pu choisir “La maison près de la fontaine” pour cet hommage à la fois chaud et triste, un peu lourd et incertain, tout comme cet été orageux en convalescence d’on ne sait quoi, et qui n’en finit pas de pleurer un oubli, un sentiment, une âme, une inspiration… sans doute parce que il ou elle sont encore un peu là.


TANTI  AUGURI


Gina Lollobrigida est née le 4 juillet 1927 à Subiaco, une petite ville située à une quinzaine de kilomètres de Rome. Issus d’un milieu ouvrier modeste, ses parents sont rapidement contraints de rejoindre la capitale. Une chance pour la jeune fille qui s’inscrit à l’Académie des Beaux Arts et fait ses premiers au théâtre à 18 ans. Curieusement, c’est un rôle dans un roman-photo, un genre très prisé à l’époque, qui la fait remarquer. Le cinéma lui confie quelques rôles qui demeurent très secondaires. Sa sublime plastique est à la fois un atout et une entrave. Les concours de beauté la font monter sur les podiums (deuxième de Miss Rome, troisième de Miss Italie) mais jamais sur la plus haute marche. (suite…)

QUARTIER   D’ÉTÉ


Décidément, ma petite rue parisienne est bien mal embouteillée en cette fin de semaine caniculaire. Étrange spectacle quotidien que de voir tous ces inconnus assis sur le bitume, ou faisant le pied de grue à deux pas de mon immeuble. Probablement la rançon de la gloire et de ma célébrité grandissante ? Tous ces gens qui m’attendent inlassablement, qui guettent ma sortie à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, en espérant obtenir un autographe, un selfie ou même un sourire des plus furtifs… Cela devient aussi pénible que la hausse conjuguée du tabac mentholé et des températures estivales.
(suite…)

À  GILBERT…


Entre un père et un fils, la communication n’est jamais simple. Les questions sont souvent des réponses, et les réponses des questions. Ce qui compte vraiment, c’est la communication qui subsiste entre les unes et les autres. C’est le lien qui existe entre l’un et l’autre.

 

WE EXIST  –  ON EXISTE  –  EXISTIMOS

(Écouter et visionner le clip avant de lire l’article)


Ça commence doucement. Et puis ça bat plus fort. Comme un cœur avec ses émotions. La ligne de basse prend aux tripes. La batterie scande un tempo macho ma non troppo. La guitare électrise quelques résonances féminines compensées. Les images sont là pour mettre les poings sur les ils. Sans surprise. Le contraste est ailleurs. Dans l’éternel combat entre l’ombre et la lumière.
(suite…)

WANTED



La photo ci-dessus est extraite du reportage intitulé « Trans-Mission », paru dans le numéro d’avril du magazine Causette. À l’époque, tout était rose. Je courais partout et n’avais que faire des orages soudains ou des vents contraires. J’étais sereine et enjambais les obstacles au pas de course, même quand il n’y en avait pas. Mais tout ça, c’était avant… (suite…)

ROUE   ARRIÈRE

Le Mans, ville de tradition en matière de sports mécaniques, était devenue la capitale de la moto en ce long week-end des 19, 20 et 21 mai 2017. Le Grand Prix de France Moto GP s’y tenait à grand renfort de vrombissements et de gommes surchauffées. Pour les profanes, le format Moto GP regroupe chaque saison, de mars à novembre, l’élite de l’élite des meilleurs pilotes mondiaux. Ils disputent un championnat du monde de plus en plus spectaculaire en chevauchant des prototypes de 1000 cm3. Est-il raisonnable d’évoquer leur vitesse de pointe ? 350 km/h sur deux roues, ça décoiffe légèrement. Même avec une laque extra-strong, la mise en plis boucles d’or se transforme instantanément en brushing iroquois. C’est sans doute pour cela que le casque est obligatoire… (suite…)