FUMISTERIE  MINISTÉRIELLE

Droite, gauche, centre, en France ou à l’étranger, on savait les ministres de tous bords très souvent capables du pire et plus rarement du meilleur. Avec une gestuelle très équivoque d’ancienne fumeuse, Agnès Buzyn, qui, depuis le 17 mai 2017 se prévaut pompeusement du titre de Ministre des Solidarités et de la Santé en France, a pollué les ondes audiovisuelles du week-end avec cette réflexion toxique : « Je ne comprends pas, aujourd’hui, l’importance de la cigarette dans le cinéma français. Il se trouve que j’en ai parlé au Conseil des ministres, à Françoise Nyssen (ndlr : notre illustre et presque inconnue ministre de la culture) pour l’alerter. Il y aura des mesures en ce sens. » (suite…)

ARMISTICE  À  L’ARTÉMIS

À chacun et chacune sa façon de fêter l’armistice. Larme à l’œil ou l’arme au pied. Moi, je préfère l’armistice façon Artémis, cette déesse de la chasse dans la mythologie grecque (la Diane des Romains), protectrice des chemins, des ports, des jeunes enfants et des bébés animaux, bref de tout ce qui initie et définit une nouvelle trajectoire, une nouvelle aventure, une nouvelle perspective. Parée des attributs qui la caractérisent : arc en or, flèches, carquois, croissant de lune et biche, lorsqu’elle se met en chasse, rien ne résiste à cette déesse farouche et sœur jumelle d’Apollon. Un peu comme ma modeste personne quand elle décoche son dernier trait de khôl en prolongement de son œil de biche, à l’orée d’une nuit mystérieuse. (suite…)

LE COQUELICOT ET LE ROCHER

 Salvatore Adamo est un chanteur auteur-compositeur italo-belge que les Français ont adopté dès le début des années 1960. Il est né en Sicile un jour de Toussaint (tanti auguri !), le 1er novembre 1943, et a accompagné plusieurs générations en interprétant des chansons plus consistantes qu’il n’y paraissait au premier abord. Elles prennent souvent source sur des impressions et des sentiments profondément humains. Jacques Brel disait de lui : « C’est un tendre jardinier de l’amour ». Avec plus de 100 millions de disques vendus dans le monde entier, il côtoie des artistes francophones tels que Tino Rossi, Charles Aznavour, Dalida ou Johnny Hallyday… ce qui ne l’empêche pas de chanter aussi en allemand, japonais, espagnol, italien, portugais, turc ou néerlandais ! (suite…)

ET  VIE  DANSE


Un mélange de grâce ondulatoire et de beauté décomposée. Et une maîtrise du corps insensée, presque irréelle. Le tout dans une fluidité permanente et une légèreté divine. Cette danse du corps qui touche aussi l’esprit m’a hypnotisée en ce dimanche un peu triste. J’ai visionné cette séquence en boucle. Je me la suis repassée un nombre déraisonnable de fois sans savoir pourquoi. À la fin, j’ai senti qu’elle m’avait fait oublier la pluie et l’automne. J’ai compris qu’elle était une invitation à l’optimisme, un encouragement à comprendre et à savourer le mouvement de la vie.

Mélancolie  Automnale

SOUPIR

Mon âme vers ton front où rêve, ô calme sœur,
Un automne jonché de taches de rousseur,
Et vers le ciel errant de ton œil angélique
Monte, comme dans un jardin mélancolique,
Fidèle, un blanc jet d’eau soupire vers l’Azur !
Vers l’Azur attendri d’Octobre pâle et pur
Qui mire aux grands bassins sa langueur infinie
Et laisse, sur l’eau morte où la fauve agonie
Des feuilles erre au vent et creuse un froid sillon,
Se traîner le soleil jaune d’un long rayon.

(Stéphane Mallarmé)

LA  AYUDA  DE  LA AMISTAD

D’abord, on ne sait pas quoi faire. On se sent tout cassé à l’intérieur. On respire, ou soupire. On pleure, on pense. Du moins, on essaye. On se dit que c’est forcément injuste, qu’on aurait pu, qu’on aurait du avoir encore un peu de temps. Que si l’on pouvait, on en donnerait bien du nôtre. Rien que pour se dire toutes les choses qui restaient à se dire. Même sans les mots. Juste avec les yeux. Juste avec le cœur. Et puis on cherche à se ressaisir, à reprendre le dessus. Du moins, on essaye. (suite…)

L’HOMME  SANS  TÊTE

 

C’est un homme sans tête.
On le croise en semaine
Veste et gilet de laine,
De Nation à Vincennes.

C’est un homme sans tête
Et il court dans la mienne.
J’ignore où est la sienne.
L’a-t-il jeté dans la Seine ?

C’est un homme sans tête.
Mais qui a de la peine.
Il la cache sans haine
Sous le Cours de Vincennes.

C’est un homme sans tête,
Un comte d’Andersen.
Et le public sans gêne
Se moque de la scène.

C’est un homme sans tête.
Mes idées il larsène,
Son exil il promène
À Paris – Sainte Hélène.


À  MA  POUPÉE

C’était une poupée, qui faisait now, now, now… Toute la journée, elle faisait now, now, now. Elle était tellement jolie que j’en rêvais la nuit. Mais toute la journée, elle faisait now, now, now. Personne ne m’avait jamais dit que je pouvais lui dire oui. À elle, qui sans me regarder, faisait now, now, now… (suite…)

NINO  FERRER

15 Août 1934  –  13 Août 1998

 


On aurait également pu choisir “La maison près de la fontaine” pour cet hommage à la fois chaud et triste, un peu lourd et incertain, tout comme cet été orageux en convalescence d’on ne sait quoi, et qui n’en finit pas de pleurer un oubli, un sentiment, une âme, une inspiration… sans doute parce que il ou elle sont encore un peu là.