IRÈNE PAPAS

UN  AN  ET  UN  JOUR


Avec plus de 70 films en un demi-siècle d’une carrière phénoménale, malheureusement peu connue du grand public, Irène Papas fait partie de ces femmes qui marquent une génération beaucoup plus profondément que les suivantes ne le pensent. Native d’un village de Corinthe, en Grèce, l’interprète ténébreuse a tout joué : la tragédie grecque, évidemment, genre dans lequel elle ne pouvait qu’exceller, mais aussi le western et le film noir américain, le péplum italien, l’aventure historique, le film d’auteur et le film de guerre, et tant d’autres horizons qui lui ont conféré un statut particulier sur la scène européenne. Elle a également prêté sa voix à Mikis Theodorakis, ainsi qu’à Vangelis sur deux albums (Odes en 1979 et Rhapsodies en 1986), et même bien avant, en 1972, du temps des Aphrodite’s Child avec Demis Roussos. Cette grande dame a eu 95 ans hier, vendredi 3 septembre 2021, et j’ai manqué l’occasion de le lui souhaiter comme il se devait. Puisse-t-elle me le pardonner, et ne pas déclencher à mon encontre la colère des dieux grecs et des canons de Navarone réunis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *