KEITH RICHARDS

START  ME  UP

Une photo d’archive, datée de 1945, montre Keith Richards tenu en laisse par sa mère Doris, lors d’une promenade en ville, dans l’Angleterre d’après guerre. Un cliché qui en dit long sur cet enfant de deux ans qui deviendra plus tard le guitariste leader des Rolling Stones. Son regard est sombre. Le harnais est serré et la bride est courte, réduisant la marge de manœuvre au strict minimum. Il traîne quelque chose qui ressemble un peu à un manche de guitare, comme celles qui seront furieusement éclatées sur scène. Se dégage une impression frondeuse, comme la naissance d’une rébellion obscure, quelque part entre I Can’t Get No Satisfaction, Paint It Black ou You Can’t Always Get What You Want. À 77 ans, ce dinosaure du rock continue à étonner tous ceux qui ne donnaient pas cher de sa peau à cause de sa consommation de drogues variées et ses excès en tous genres. Il a même vidé une partie de l’urne funéraire de son père en mélangeant les cendres de son défunt papa avec ses rails de coke ! Sa longévité demeure une énigme pour le corps médical. Une chose est certaine : aujourd’hui, plus personne ne peut se vanter de le tenir en laisse. Il promène son extravagance burinée comme un vagabond du rock’n roll, toujours prêt à siffler d’autres coktails. Avec un zest de Brown Sugar, Sympathy for the Devil et Hot Stuff.




One thought on “KEITH RICHARDS

  1. Le rocker parfait. On peut tout dire et rien sur lui. Il a égrené des riffs d’enfer. L’enfer qui ne veut toujours pas de lui. Il est depuis longtemps sur la première marche des futurs prochains disparus. Et il dure. L’image parfaite de la rébellion . Un monument. D’ailleurs, son auto biographie est un immense plaisir de lecture. Tout y passe, ses délires autant que ses techniques de guitariste. Sans aucun doute, l’homme rock par excellence pour notre génération. Keith the riff.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *