TANYA ROBERTS

ON NE MEURT JAMAIS QUE DEUX FOIS



Tanya Roberts fut décidément une drôle de dame. La nouvelle de sa mort filtra dans la journée du dimanche 3 janvier 2021. Son décès fut annoncé dans tous les médias le lundi 4 janvier. Il fut démenti un peu plus tard… pour être confirmé le mardi 5 janvier et attesté officiellement le mercredi 6 janvier ! À 65 ans, l’actrice américaine s’était finalement éteinte à l’hôpital Cedars-Sinai de Los Angeles, où elle avait été admise le 24 décembre 2020.

Née le 15 octobre 1955 à New-York, Tanya Roberts, de son vrai nom Victoria Leigh Blum, avait connu son heure de gloire internationale en figurant tout en haut de l’affiche d’un James Bond des plus fameux : Dangereusement Vôtre. Elle y incarnait une charmante géologue nommée Stacey Sutton, aux côtés de Roger Moore, qui interprétait le rôle du célèbre espion britannique pour la septième et dernière fois. Christopher Walken, Grace Jones et Patrick Macnee complétait le casting de cet opus réalisé par John Glen et sorti sur les écrans en 1985.

Tanya Roberts avait débuté très jeune dans le théâtre. Elle y avait fait ses classes dès l’âge de 16 ans puis s’était orientée un temps vers le mannequinat et la publicité, qui l’avait d’ailleurs amenée à tourner un spot publicitaire pour la marque Ultra Brite. L’éclat de son sourire aurait suffi à garantir le succès de n’importe quel autre fabriquant de dentifrice. Après plusieurs apparitions dans des films mineurs, elle fut remarquée une première fois en 1978, dans un long métrage de James Toback, intitulé Mélodie pour un Tueur (titre original : Fingers) dans lequel Harvey Keitel tenait le rôle principal.

En 1980, elle décida de quitter New-York pour Los Angeles. La cinquième et dernière saison de la série télévisée Drôles de Dames cherchait celle qui pourrait personnifier sa détective Julie Rogers. Les prétendantes étaient nombreuses, mais il en fallait bien plus pour décourager la toute nouvelle citoyenne de Californie. Parmi 2000 candidates, Tanya Roberts décida de tenter le coup. Elle s’inscrivit au casting… et décrocha le rôle !

Elle se tourna ensuite vers un cinéma de genre où sa plastique avantageuse fut à la fois un avantage et un inconvénient, comme c’est souvent le cas. Elle inscrivit alors à son palmarès une trilogie des plus insolites :  Dar L’Invicible (titre original : The Beastmaster), en 1982, un heroïc fantasy pour la promotion duquel elle posa nue dans le magazine Playboy, suivi, en 1983, d’un étonnant film d’aventure italien intitulé Le Choix des Seigneurs, aussi déroutant qu’attachant, puis, en 1984, Sheena Reine de la Jungle, une sorte de Tarzan féminin qui lui valut une nomination au Razzie Award de la pire actrice de l’année…  mais qui attira l’attention des producteurs de la saga 007 ! Éternelle balance entre le too much et le juste ce qu’il faut pour s’extraire du lot au bon moment.

Après la consécration aux côtés de Roger Moore, Tanya Roberts se laissa happer par des productions de seconde zone, des séries B sans grande envergure, des thrillers érotiques peu inspirés. La traversée du désert dura une bonne douzaine d’années. Le salut vint une nouvelle fois de la télévision, avec la série américaine That ’70s Show, de 1998 à 2002, dans laquelle elle incarna une maman aussi sexy qu’entêtée. Elle enchaina ensuite avec les sitcoms Eve et Barbershop jusqu’en 2005, puis disparut à nouveau des écrans quelques années plus tard.

Le mercredi 23 décembre 2020, à la veille de Noël, Tanya Roberts était sortie promener ses chiens. En rentrant chez elle, elle s’était effondrée et avait perdu connaissance. Hospitalisée d’urgence, elle avait été placée en isolement car certains symptômes pouvaient laisser craindre une contamination liée au coronavirus. Son état s’était rapidement dégradé et elle avait été placée sous respiration artificielle. Les tests covid-19 s’étant finalement avérés négatifs, les examens ultérieurs firent état d’une déficience soudaine des reins, du foie, puis de la circulation sanguine. La cause de sa mort semble avoir été une infection généralisée qui s’est propagée dans tout son organisme de façon fulgurante.

Un épilogue tragique et d’autant plus incompréhensible que, de l’avis de tous ses proches, l’artiste était la quintessence de la santé et de la vitalité. Elle donnait l’impression que le temps n’avait pas de prise sur elle. L’une de ses fans mettait quiconque au défi de trouver une photographie ingrate de son idole en tapant son nom sur google images. Hier ne meurt jamais. Elle regrettait cependant que son actrice préférée n’ait pas eu la carrière et la reconnaissance qu’elle aurait mérité.

Aussi soudaine que sa mort, son ascension fut-elle prématurée ? Finalement, la jolie Tanya n’eut jamais vraiment l’occasion de surfer sur sa notoriété de James Bond girl. En 2015, dans une interview accordée au Daily Mail, elle avait même confié avoir redouté ce rôle par lequel elle s’était fait connaître du grand public : « J’avais l’impression que toutes les filles qui avaient joué dans un James Bond n’avait pas de carrière ensuite, alors j’étais méfiante… » Une sorte de cadeau empoisonné. Et un sentiment prémonitoire.



 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *