JOLIE MÔME

JULIETTE   GRÉCO

7 Février 1927  –  23 Septembre 2020

« Je suis un animal sauvage impropre au dressage. …
D’ailleurs, on m’a dit que le premier mot que j’ai prononcé n’était ni maman ni papa.
C’était non ! »

« Je sais seulement que j’ai un curieux pouvoir : celui de ne pas être devenue adulte. Du tout.
Dans la vie, il faut être grave. Désespéré. Heureux. Passionné. Émerveillé.

Mais pas sérieux, non ! Le jour où on se prend au sérieux, on meurt un peu.
Moi, je suis vieille, mais je ne suis pas adulte.
»


« Pour résister à l’approche de la fin, il faut aimer ce qu’on fait, à la folie, aimer son métier comme je l’aime moi, c’est-à-dire de façon démesurée, hors normes, en allant chanter aussi dans des petites salles de banlieue en matinée et savourer qu’un jeune homme ait dit à la fin du tour de chant : “Elle est bonne, hein, Gréco !” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *