FUTURE STAR

ALLIE   SHERLOCK


A star is coming ? En 2018, j’avais repéré cette jeune chanteuse au hasard de quelque errance nocturne sur YouTube. Je ne savais pas encore qu’elle s’appelait Allie Sherlock et qu’elle était née dans les environs de  Cork, au sud de l’Irlande, le 7 avril 2005. Je me suis dit qu’ils étaient bien chanceux, tous ces passants qui pouvaient assister à ses mini-concerts improvisés dans les rues de Dublin. J’ai cherché à glaner quelques informations sur l’artiste et mon enquête m’a mené bien plus loin que je ne le pensais…

À l’âge de neuf ans, la petite Allie perd sa maman et une partie de son bonheur d’enfant. À dix ans, victime de harcèlement scolaire, elle endure un calvaire quotidien qui prend des allures de double peine insupportable. Son père opte alors pour une scolarisation à domicile qui, outre les matières générales, lui permet de travailler intensément chant, piano et guitare. Cette décision va changer sa vie. Allie trouve sa voix, et sa voie, dans cette période délicate, qui aurait fait sombrer plus d’une adolescente dans le renoncement ou la dépression. Elle travaille alors sans relâche à la maison, puis multiplie les apparitions en public. S’accompagnant à la guitare, elle enchaîne les reprises de chansons célèbres, anglaises ou américaines. Elle fascine ses auditoires avec un talent évident. Son père, qui est très proche (il avait même décidé d’apprendre la guitare en même temps que sa fille), la filme et crée une chaîne YouTube qui regroupe ses nombreuses performances.n


En 2019, les vidéos de cette chaîne dépassent les 100 millions de vues cumulées ! Allie s’associe régulièrement avec d’autres musiciens, guitaristes ou pianistes, et poursuit son ascension avec une fraîcheur et une spontanéité attachantes. Force et fragilité se mêlent dans ses variations vocales très personnelles. Sa façon de décrocher harmonieusement certaines notes finales est troublante. Ces ruptures, toujours mélodieuses et techniquement maîtrisées, évoquent des fêlures qui touchent au plus profond de l’être. She’s giving us good vibrations. Elle transmet un supplément de sensibilité, une aptitude aux voyages de l’âme. Elle-même n’en a peut-être pas encore pleinement conscience, mais c’est un don rare, que le talent et le travail réunis ne peuvent à eux seuls justifier. Il y a autre chose, elle a autre chose, qui nous émerveille parce qu’on ne peut tout à fait l’expliquer. The Beatles, Michael Jackson, John Lennon, Leonard Cohen, The Queens, Amy Winehouse, Stevie Wonder, Gloria Gaynor, Coldplay, Alicia Keys, Prince, The Cranberries, Adele, The Fugees… (pour n’en citer que quelques uns), peuplent un répertoire impressionnant. Il sert un registre qui semble illimité. Les internautes en demandent toujours plus et la popularité d’Allie Sherlock ne cesse de croître. Comme le nombre de vues sur YouTube, qui va allégrement dépasser les 400 millions avant la fin de l’année 2020 !


Depuis quelques années, Allie Sherlock peaufine ses créations personnelles. Elle n’a jamais cessé d’écrire ses propres chansons tout en interprétant celles des autres. En 2018, elle s’est enfin décidée à attaquer les enregistrements du côté de Los Angeles. Elle a signé un contrat avec Patriots Records et collabore avec Ryan Tedder, co-fondateur du groupe pop-rock américain One Republic. Trois albums devraient naître de cette association prometteuse, mais son papa veille à ce qu’on ne brule pas les étapes. Toujours présent à ses côtés, il est de plus en plus fier de sa fille qui, aux USA comme en Europe, est en train de changer de statut. Elle ne renie pas pour autant ses racines et son engagement en tant qu’artiste de rue. Cet été, on pouvait encore la croiser, battant le pavé et la mesure, en compagnie de complices enjoués. Preuve supplémentaire, s’il en fallait une, que sincérité et virtuosité sont ses premiers trophées. Il y en aura d’autres, à n’en pas douter, sur le chemin qui s’ouvre à elle. Star ou super-star ? Telle est la question. Mais nul besoin de grand clerc, de détective illustre ou de devin inspiré pour résoudre cette affaire et prédire l’avenir d’Allie Sherlock. Élémentaire, non, mon cher Watson ?

Allie Sherlock, et son daddy manager, Mark.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *