CORONASTÉRISQUE

PRÉDICTION  GAULOISE

Ils sont forts ces gaulois, tout de même. En avance sur leur temps, et sur le nôtre également. En 2017, Astérix et Obélix avaient déjà entamé une course sans merci contre le terrible Coronavirus ! Ce redoutable ennemi avançait masqué et se jouait des frontières. Il propageait la crainte et les suppositions les plus diverses. Secondé par son implacable compagnon de route Bacillus, il semblait inarrêtable, comptant toujours une longueur d’avance sur ses adversaires !

La coïncidence avec ce que nous vivons aujourd’hui est d’autant plus troublante que cet épisode, figurant dans le 37ème opus de la célèbre saga créée par René Goscinny et Albert Uderzo, est campé chez nos voisins transalpins. Tout comme César, la menace de Coronavirus passe par l’Italie ! Le livre s’intitule d’ailleurs “Astérix et la Transitalique”. Comment les auteurs actuels (Jean-Yves Ferri et Didier Conrad) ont-ils pu à ce point se métamorphoser en Nostradamus du 21ème siècle ? Et caricaturer avec trois ans d’avance l’épidémie galopante dont font état quotidiennement les médias du monde entier ? Probablement ont-ils dû potasser leurs classiques médicaux dans leur recherche de documentation et leur phase d’écriture. Sans doute ont-ils alors épluché quelques dossiers concernant le Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), cette maladie infectieuse des poumons qui avait tant fait parler d’elle au début des années 2000… et qui est intimement liée aux virus du genre des coronavirus. Le Sras était déjà apparu en Chine en novembre 2002, avant de provoquer une épidémie très inquiétante en mai 2003.


Mais tout de même… Aller anticiper de la sorte, et pister Coronavirus entre France et Italie demandait une sacrée dose d’intuition. Chapeau les artistes ! Nous ne dévoilerons pas ici comment Astérix et Obélix ont réussi à terrasser l’épouvantable Coronavirus, laissant le soin à la science et aux chercheurs en immunologie de trouver enfin la potion magique de laquelle sera extrait le vaccin salvateur. En sachant que, parfois, les auteurs fantaisistes ont une longueur d’avance sur les sommités scientifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *