RÉFORME TRANSGENRE

À  CORÉE  À  CRIS



Fort malencontreusement, cette information récente avait échappé à mes écrans radars… Fort heureusement, une sentinelle attentive et intraitable veillait au grain. Gaël Legras, ancien complice de Canal + et spécialiste du reportage embusqué, n’a pas manqué de sniper l’armée sud-coréenne qui, en matière d’ouverture d’esprit, n’a rien à envier à son homologue nordiste. La Corée réussit ainsi une bien triste unification, la plaçant très loin derrière la république populaire de Chine, qui, elle, n’avait pas renié la transition de l’un de ses plus sémillants colonels, il y a déjà 25 ans. Jin Xing, qui avait tenu à se faire opérer en Chine en 1995, avait pris un énorme risque. À l’époque, c’était une grande première dans ce pays, y compris pour la chirurgienne qui la réalisa. Les barrières sociales semblèrent toutefois moins lourdes à manœuvrer. Le père de Jin Xing, en grand uniforme de général, avait tenu à aller lui-même déclarer à la mairie la naissance de sa fille, 28 ans après la même démarche, effectuée pour celui qui était alors son fils. Un quart de siècle plus tard, en Corée du Sud, l’officière Byun Hee-Soo subit un traitement bien différent. Elle entame un parcours de la combattante éprouvant contre une hiérarchie plus que rétrograde. Elle en ignore l’issue, mais, au bout du compte, elle fiche sans doute un coin cardinal dans le flanc d’une muraille archaïque qui, un beau jour, finira par voler en éclats. Comme dynamitée de l’intérieur.

3 thoughts on “RÉFORME TRANSGENRE

  1. Oui le chemin est encore long ; surtout si on pense à la situation dans des pays comme par exemple la Somalie, l’Iran, la Tchétchénie, l’Ouganda, pays à côté desquels même la Corée du Sud fait figure d’enfant de choeur en ce qui concerne le respect des LGBT

Répondre à Christophe Martet Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *