QUALIFICATIONS

VENDREDI  BLEU

Il y a des jours comme ça, en l’occurrence des vendredis, où l’on devrait bosser dur en profitant d’un début d’année mollasson et pluvieux. On se lève tôt, plein des mêmes bonnes résolutions que le mois de janvier appelle de ses vœux pieux. Le temps de prendre un petit déjeuner paresseux et de flâner un tantinet sur internet, et les bonnes résolutions sont déjà un peu ébréchées. Mais le coup de grâce arrive en douce, par le truchement d’un programme tv insidieux…

Il ne faudrait jamais prendre connaissance du programme tv, spécialement de la rubrique sports, avant de commencer à travailler. Ce vendredi 10 janvier coïncidait avec le retour de Martin Fourcade et consorts sur les pistes de biathlon. Lui et ses coéquipiers français reprenaient le collier, à savoir les skis et la carabine, pour livrer à nouveau bataille face à leurs meilleurs ennemis norvégiens. La trêve de Noël avait-elle grignoté l’influx des uns ou des autres ? Il fallait à tout prix le découvrir en direct. Cela tombait bien ; l’épreuve du sprint 10 km hommes était justement retransmise en direct dès 13h30 ! Immanquable. Martin avait coché cette étape de Oberhof, en Allemagne, afin de relancer sa saison et ça risquait de ne pas traîner. Parti avec le dossard n°14, il mena la course de bout en bout, avec un 10/10 au tir et le meilleur temps de ski. Il signa ainsi la 78ème victoire de sa carrière en coupe du monde. Cerise sur la galette des rois du circuit, son jeune coéquipier de 24 ans, Émilien Jacquelin, s’adjugea la deuxième place, devant l’Allemand Johannes Kuhn. Un autre Français, Simon Desthieux, s’octroyait une honorable sixième place tandis que les premiers Norvégiens pointaient aux 8, 9 et 10èmes places. Tout émoustillé par ces performances revigorantes, je zappouillai la fin d’après-midi entre retransmission de pétanque, rallye auto, rugby et football européen. Une brève collation me permit de reprendre des forces avant le début de soirée.

À tous les coups, une belle surprise pouvait en cacher une autre. À 20h00, était programmée la rencontre capitale de volley-ball Allemagne-France, finale du TQO (Tournoi de Qualification Olympique) de Berlin. Cette compétition était la dernière chance pour les Français de valider leur ticket pour Tokyo et les prochains Jeux Olympiques. Mal embarqués dans le match précédent contre la Slovénie (menés deux sets à rien et chahutés dès l’entame du troisième set), ils avaient pourtant fini par renverser la vapeur et arracher une victoire incroyable au tie-break, un exercice qui ne leur réussissait pas tellement jusque là. Ce vendredi soir, c’était une autre paire de manches. Repaire de la Mannschaft, l’arène berlinoise avait de quoi impressionner n’importe quel adversaire. Avec un public surchauffé, entièrement acquis à sa cause, la sélection allemande comptait un atout supplémentaire pour faire pencher la balance de son côté. Ce fut tout le contraire qui se produisit lors de cette finale palpitante. Les Français plièrent l’affaire en trois sets secs : 25-20, 25-20, 25-23. Malgré les absences, les blessures et les tracas de toutes sortes qui perturbèrent grandement sa préparation, l’équipe de France arracha son billet (un énorme ticket) pour le Japon, pays organisateur des prochains jeux olympiques d’été, du 24 juillet au 9 août 2020. Après la balle de match, alors que tous les joueurs tombaient à genoux en laissant éclater leur joie dans une effusion collective un peu folle, l’entraineur tricolore Laurent Tillie, grand joueur des années 1980/1990, se cachait derrière son classeur pour masquer les grosses larmes qui coulaient sur ses joues. Lui plus que tout autre savait d’où son équipe était revenue. Séquence émouvante, contrastant avec les faciès rageurs et vindicatifs, ou les moqueries et provocations bien peu sportives en vogue dans d’autres disciplines.

Je savourai cet instant et les quelques ralentis spectaculaires proposés une énième fois par la chaîne sportive L’Équipe 21. Je me décidai ensuite à éteindre mon téléviseur. En bon supporter silencieux et solitaire, je me dirigeai vers mon frigidaire. Je m’octroyai un grand coca glacé et allumai une menthol avec le sentiment du devoir accompli. On est sportif ou on ne l’est pas… Je jetai un œil sur la pendule : 22h45. Soudain, une pensée parasite s’empara de mon esprit. Je n’avais rien foutu de toute la journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *